Vous êtes ici
08/02/19
16:17

Baguettes, capes de sorcier et grimoires : la vie cachée des Potterheads

20 ans après la sortie du premier tome d’Harry Potter en librairie, des cercles de fan entretiennent toujours la flamme de leur dévotion envers le petit sorcier à lunettes. On les appelle les Potterheads.

«Harry Potter, c’est une série qui continue à très bien se vendre. Les fans de la première heure restent fans… et maintenant, ont l’âge de transmettre leur passion à leurs enfants !», déclare la responsable du rayon jeunesse de la librairie Kléber, qui organise une nuit Harry Potter ce vendredi 09 février 2019 de 17 à 20 heures.

En clair, les Potterheads - les fans d’Harry Potter - se multiplient. Mais qui sont ces filles et ces garçons ? Ces afficionados était bien jeunes quand l’univers d’Harry Potter s’est dévoilé à leurs yeux. Et des années après avoir dévoré pléthore de livres, films, et jeux sur le monde créé par J.K. Rowling, leur passion demeure intacte. 
 

[ Plein écran ]

Une vaste collection, essentiellement sur le thème d'Harry Potter... et encore, il en reste pas mal hors-champ. /Vincent Ballester

Les Potterheads, de grands enfants ?

Pourtant, l’enfance, c’est fini depuis longtemps. Tout ceci ne devrait être que souvenirs. Comme l’un de ceux livrés par Sihl, jeune Potterhead strasbourgeoise : «Avec ma sœur, on s’amusait à mettre l’un des films, on choisissait un personnage, et on faisait pareil que lui, on jouait le film en même temps que sur la télé.» Son amie Margot raconte de son côté : «Une fois, à la gare de Strasbourg, j’ai demandé à un contrôleur où se trouvait la voie 9 ¾ (la voie de train magique réservée aux sorciers). Il m’a prise pour une folle !»

De la folie, il y en a sans doute, mais il existe surtout une volonté de faire perdurer la magie. C’est le cas de Sarah, une Potterhead de 24 ans qui a eu le coup de foudre pour le petit sorcier à l’âge de 6 ans. Depuis, elle a même acheté la moitié des baguettes qu’on voit dans les films : «C’est à la fois une histoire unique et quelque chose lié à mon enfance. La visionner à nouveau m’apporte beaucoup de joie et de nostalgie. Et ça me permet de m’évader dans un autre univers et de garder une âme d’enfant, d’une certaine façon.» 

Devenue étudiante en psychologie, Sarah loue ce que lui a apporté cette saga : «Harry Potter m’a transmis beaucoup de belles valeurs : tolérance, courage, le fait que nos choix nous définissent. J’ai également pas mal amélioré mon anglais grâce à ça : je regardais les films en VO et des interviews des acteurs. J’aime aussi que les thèmes soient réalistes et parfois durs. Par exemple, mon film préféré, c’est le cinquième : l’Ordre du Phénix, car sa thématique, c’est la résistance à une autorité injuste…»
 

[ Plein écran ]

Chaque année, la librairie Kléber de Strasbourg organise une Nuit Harry Potter. /Vincent Ballester

Que font les Potterheads ?

Margot, 19 ans, dont 13 ans de vie commune avec Harry, donne un bon résumé des activités de tout Potterhead qui se respecte : «Je regarde les films dès que je peux, je relis les livres, je vais aux évènements et marathons avec mes amis, et j’en parle avec eux évidemment… J’écris des histoires sur Harry Potter, je porte les habits, j’écoute la musique… Voilà quoi, ça fait vraiment partie de ma vie !» Et comment serait sa vie s’il n’y avait pas eu Harry Potter ? Margot n’y va pas par quatre chemins : «Ma vie aurait été… nulle !»

La magie ne s’arrête jamais : chaque événement permet de fraterniser, comme ceux de l’automne 2018 : une époque propice pour pratiquer le culte d’Harry Potter, qui fêtait ses 20 ans. Les cinémas rediffusaient les films, les associations organisaient des évènements à gogo, et les médiathèques et librairies ouvraient grand leurs portes. C’est à cette occasion qu’il était possible de fraterniser avec une poignée de Potterheads, de monter des groupes, quasiment des lobbies. Via ces groupes, les fans se font tous les évènements dans le thème. Notamment des sorties au cinéma, la dernière remontant à la sortie du deuxième volet des Animaux Fantastiques.

Avoir une passion commune, pratiquer les mêmes activités, partager des moments conviviaux, voilà qui donne l’impression d’appartenir à une (très) grande communauté. Ce que souligne Sihl : «J’aime partager cet univers que j’aime énormément avec d’autres personnes. Ça rend l’expérience meilleure et ça permet aussi de faire des nouvelles rencontres de personnes aussi fan que moi !»

Sarah a participé à beaucoup d’événements, elle aussi. Elle a d’ailleurs la gentillesse de ne pas vilipender son meilleur ami, qui a failli lui faire attraper une pneumonie lorsqu’il l’a traînée, par grand-froid, à une chasse au trésor Harry Potter qui avait lieu toute une après-midi d’automne au parc de l’Orangerie.

Combien ça coûte ?

Il y a jusqu’à présent sept livres originels, quatre livres supplémentaires, huit puis dix films officiels, des adaptations à foison en jeux-vidéo, sans oublier des dizaines de figurines, peluches, et accessoires qui nécessitent parfois de dépenser plusieurs centaines d’euros. Le balai d’Harry Potter coûte par exemple plus de 300 euros. En clair, être un Potterhead, ça peut vite coûter cher.
 

[ Plein écran ]

Une récente (et coûteuse) acquisition. /Vincent Ballester

Dernièrement, en librairie spécialisée, un Potterhead a repéré de fort beaux livres sur l’univers cinématographique d’Harry Potter. Le propriétaire, ravi d’enrichir sa trésorerie grâce à la dévotion de ces fans, a confié «avoir fait passer les 1 000 euros à son chiffre d’affaires du jour grâce à lui»… Quand on aime, on ne compte pas ?

Audrey, fonctionnaire pour l’Eurométropole de Strasbourg, est souvent grimée en Serpentard de la tête aux pieds. Mais elle sait clairement compter et se poser des limites, elle : «Quand je vais aller au Primark qui contient une énorme boutique Harry Potter à Londres, clairement, je n’emmènerai pas ma carte bleue. Je prendrai un billet de 50 livres sterling, et ça s’arrêtera là !» Effectivement, le danger du découvert réside dans chaque boutique qui vend des produits dérivés…

Margot se montre plus philosophique, et moins matérialiste : «Les personnes qui prétendent être plus fan que toi car ils ont une collection énorme n’ont rien compris. Je n’ai pas forcément beaucoup de choses, mais ce que j’ai me rend heureuse. Avoir lu les livres et vu les films, c’est ce qui fait de moi une fan d’Harry Potter car ma passion a commencé grâce à ça.»

Comment s’habillent les Potterheads ?

La scène se passe dans une rue de Strasbourg, un jour où l’on rediffuse Harry Potter 1 au Star Saint-Exupéry. Un Potterhead trottine. Un trentenaire sourit en voyant voler au vent l’écharpe jaune siglée du blason des Poufsouffle, l’une des quatre maisons de l’école de magie de Harry. Une vieille dame fronce les sourcils en constatant qu’une longue cape noire pend dans le dos de l’individu. Et deux adolescentes blasées ne paraissent même pas remarquer la réplique d’une baguette magique qu’il tient dans la main droite. 

Pour beaucoup, montrer son attachement à Harry Potter passe par se costumer. Pas dans la vie de tous les jours, certes. On se voit mal acheter de la lessive ou voir sa banquière avec une cape de sorcier sur le dos… quoique ? Mais pour se rendre aux conventions et autres évènements sur le thème, c’est l’idéal.

[ Plein écran ]

Cape, cravate, badges, baguette et écharpe : le costume du parfait sorcier demande peut demander beaucoup d’accessoires. /Vincent Ballester

L’investissement dépend de chacun. Un simple pull coloré peut suffire, mais bien souvent, quelques accessoires (cravate siglée, baguette magique, badge) achetés en boutique geek viennent s’ajouter. Les fans les plus dévoué(e)s dépensent plusieurs dizaines (voire centaines) d’euros pour les baguettes et uniformes officiels, commandables en ligne. Comme pour rendre plus réel cet univers pourtant fictif.

«Je dirais qu’on est pas obligé d’avoir beaucoup d’accessoires», affirme Sihl. «Même en ayant pas grand-chose sur soi, ce n’est pas pour ça que je suis moins fan qu’un autre : c’est notre passion qui le définit vraiment.»

Hors-évènements, il n’est pas rare de se balader avec une écharpe et/ou un sac repéré au premier coup d’œil par les autres Potterheads. Sur le campus de l’Unistra, il est fréquent de croiser une écharpe Serpentard ou un porte-clés Serdaigle. 

Sort Cogneur est une association d’étudiantes que la passion d’Harry Potter a unies alors qu’elles partageaient le même banc à la faculté des langues de Strasbourg. Aujourd’hui, ce sont les meilleures amies du monde, et elles organisent d’épiques chasses aux trésor qui s’inscrivent dans le thème.

En revanche, Sarah n’ose pas (encore) se promener avec la réplique de la canne de Lucius Malfoy (l’un des méchants de la saga), en ébène avec une tête de serpent argentée comme pommeau («J’en suis très fière», confie-t-elle). Mais elle aussi se balade avec une jolie écharpe Gryffondor. De quoi donner l’impression aux Potterheads d’appartenir à la même famille… 

Vincent Ballester

Imprimer la page

Fil info

15:44
Strasbourg

Grand débat national : Consultation sur le thème de la démocratie et de la citoyenneté à 19h30 au Centre administratif.

13:37
Strasbourg

Le site et application mobile de la compagnie des transports strasbourgeois (CTS) sont en panne depuis mardi soir.

15:05
Strasbourg

A Schiltigheim, une partie du site Fischer inscrit aux monuments historiques

09:02
Strasbourg

Justice : deux policiers renvoyés devant le tribunal pour avoir tiré sur la mauvaise voiture, le 31 décembre 2011.

14:47
Strasbourg

Primark à Strasbourg : l'ouverture prévue au plus tôt fin 2019

14:18
Strasbourg

GCO : un opposant interpellé après une tentative de blocage des machines sur le chantier entre Duppigheim et Duttlenheim

17:57
Strasbourg

Rythmes scolaires: Roland Ries annonce le retour aux quatre jours à Strasbourg.

16:09
Strasbourg

Deux adolescentes ont été arrêtées pendant une tentative de vol à la tire par la police sur la place de la cathédrale à Strasbourg.

18:59
Strasbourg

Philippe Bies (PS) annonce sa candidature à la mairie de Strasbourg en 2020.

16:53
Strasbourg

Météo : demain, retour des nuages et de la grisaille sur l'ensemble du pays. Météo France prévoit entre 13 et 32° à Strasbourg.

14:19
Strasbourg

Fait-divers : la police nationale de Strasbourg a arrêté quatre voleurs de vélo en 24h.

11:43
Strasbourg

Strasbourg a été élue par Greenpeace première ville de France pour sa politique en faveur des transports verts.

09:00
Strasbourg

Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, prendra la parole, ce mardi, devant le Parlement Européen.

10:37
Strasbourg

Nouvelle manifestation samedi contre Arcadia, le local d'extrême droite à Strasbourg.

18:22
Strasbourg

Un feu de plancher s'est déclaré, un peu après midi, allée de la Robertsau. Il n'y a pas eu de blessé.

15:45
Strasbourg

Une nouvelle salle pour le cinéma Odyssée en 2019. Elle sera située au sous-sol.