Vous êtes ici
07/09/17
18:55

"Au fait, pourquoi vous êtes-vous dénoncé à la police ?"

Avec 22 inscriptions au casier judiciaire, Mikaël K. est presque un habitué du tribunal correctionnel de Strasbourg. Pourtant, le jeudi 7 septembre, il aurait pu éviter d'y retourner. Mais un mois plus tôt, il a choisi de se dénoncer.

Début août, Mikaël K. se présente dans une station de police strasbourgeoise. Auditionné librement, il explique être l'auteur de multiples vols dans des véhicules, dits "à la roulotte". Les policiers prennent sa déposition. L'homme reparti, ils comparent ses dires aux plaintes enregistrées le mois passé. Sur la date, le lieu, le véhicule visé ou encore le mode opératoire, six cas correspondent parfaitement avec la déclaration de celui qui se trouve à ce moment-là toujours en liberté. Convoqué le lendemain matin, il se rend au commissariat où il est placé en garde à vue, puis en détention dans l'attente de son procès. Le 7 septembre, Mikaël K. comparait devant le tribunal correctionnel de Strasbourg pour six vols en récidive, dont trois accompagnés de dégradations. Tous ont été commis entre le 29 juin et le 29 juillet 2017.

"Personne ne voulait m'embaucher."

Dans la salle du tribunal, le juge Christian Seyler énumère les condamnations antérieures du prévenu. Sur les 22 mentions figurant dans le casier judiciaire de Mikaël K., 13 concernent des affaires de vol. Le magistrat vérifie le parcours du prévenu jusqu'à son auto-dénonciation, du vol de la caisse d'un bus jusqu'à la subtilisation d'un scooter en passant par le chapardage de GPS et téléphones dans des véhicules à la vitre préalablement brisée. Puis, alors que le procureur s'apprête à prendre la parole, l'un des juge-assesseurs intervient : "Au fait, pourquoi vous êtes-vous dénoncé à la police ?" Le prévenu, qui s'était jusque là contenté de confirmer l'énuméré des larcins, devient alors plus loquace. Sorti de prison en début d'année, il explique avoir tout essayé : "Pendant six mois, j'ai tout fait pour chercher du travail, j'ai tenté partout, mais avec mon casier, personne ne voulait m'embaucher. Même Pôle Emploi m'a refusé une formation !"

200 euros pour une voiture volée

A ce moment, l'homme de 29 ans logeait chez sa mère. Mais la cohabitation avec son beau-père se passe mal. Au bout de quelques mois, il n'en peut plus et s'en va. Mikaël K. se retrouve alors à la rue, sans ressources si ce n'est un maigre RSA. Impossible de vivre décemment avec cette somme, impossible de trouver du travail. Alors il se remet à voler, "par nécessité". Il revend à bas prix le produit de ses chapardages dans les quartiers périphériques de Strasbourg. Sa plus grosse prise, une voiture, est refourguée pour seulement 200 euros "à des jeunes du quartier". Après un mois à ce régime, il franchit la porte du commissariat. L'homme se justifie : "J'ai 30 ans, deux enfants avec lesquels je n'ai plus de contacts, j'en ai marre de voler." Son avocat, Me Fabrice Bigot, le reformule en disant qu'il souhaite "solder ses comptes avec la justice". "Je veux être correct !", clame Mikaël K. dans le box des prévenus.

"Monsieur tourne à deux condamnations par an !"

Le procureur, son tour enfin venu, n'en démord pas pour autant. "Faute avouée ne peut pas être totalement pardonnée par la justice pénale", déclame Alexandre Chevrier, qui représente à l'audience le ministère public. S'il admet que la démarche du prévenu est susceptible d'atténuer sa peine, il estime que ses aveux n'effacent pas ses actes. Et de rappeler son casier chargé : "Monsieur tourne à deux condamnations par an !" Me Bigot répond en insistant sur la volonté assidue, même si jusqu'ici vaine, de son client à s'insérer en cherchant un travail. Commentant la démarche inhabituelle du prévenu, il s'adresse au juge : "Tendez la main à ce jeune homme qui a tendu la main à la justice !"

Le jeune homme en question en profite pour répondre au procureur, qui a assorti ses réquisitions d'une obligation à trouver un emploi : "Vous parlez de me condamner à l'obligation de trouver un travail, mais je veux travailler ! C'est juste que personne ne m'en donne..."

Du travail, il risque pourtant fort d'en avoir besoin. Une fois passés les huit mois de prison ferme auxquels le tribunal l'a condamné, il restera sous la menace de quatre mois de sursis et deux ans de mise à l'épreuve, assortis de plusieurs obligations comme avoir un emploi et un logement. Et surtout, il devra dédommager matériellement et moralement les victimes de ses vols qui se sont constituées parties civiles. Sa dette actuelle se monte déjà à près de 10.000 euros.

Pierre-Olivier Chaput

Imprimer la page

Fil info

09:54
Strasbourg

820.000 personnes ont assisté au son et lumières sur la cathédrale "Le ballet des ombres heureuses" cet été.

18:10
Strasbourg

Une mère de famille de Geispolsheim, qui a envoyé de l'argent à son fils parti en Syrie, jugée aujourd'hui pour "financement du terrorisme".

17:48
Strasbourg

L'Institut régional contre le cancer sera le nouveau bénéficiaire des bénéfices de la course "La Strasbourgeoise" dès la prochaine édition.

16:26
Strasbourg

La piscine de Lingolsheim a été fermée ce matin suite à une rupture de canalisation. La réouverture n'interviendra que le 10 septembre.

11:44
Strasbourg

Aujourd'hui à la foire européenne de Strasbourg, l'entrée est gratuite pour toutes les femmes.

17:37
Strasbourg

Strasbourg : le "Pixel Museum", premier musée permanent de France dédié aux jeux vidéo, ouvre ses portes samedi.

10:43
Strasbourg

Le géant de la bière Heineken va investir 9,3 millions d'euros en 2017 dans son site de Schiltigheim pour développer la bière sans alcool.

14:38
Strasbourg

Un musée entièrement dédié aux jeux vidéos, le Pixel Museum, ouvrira ses portes le 25 février.

17:00
Strasbourg

Six suspects, deux majeurs et quatre mineurs, sont en garde à vue suite à l'incendie d'une école maternelle à la Meinau samedi soir (DNA).

15:28
Strasbourg

La CTS renouvelle la vente d'un ticket de tram et de bus à deux euros pour le match RCT- Troyes ce lundi

10:52
Strasbourg

Un cycliste a été légèrement heurté par un tramway à la station Etoile-Bourse ce matin. Le trafic a été interrompu pendant 45 minutes

09:53
Strasbourg

La SIG s'est imposée face à Nancy 84-66 en match amical grâce à un bel effort collectif: six joueurs avec 10 et plus d'évaluation

09:03
Strasbourg

Le tribunal correctionnel a prononcé une relaxe générale dans l'affaire de la pollution à l'amiante au Parlement Européen

15:37
Strasbourg

L'académie de Strasbourg lance une campagne de recrutement de 24 étudiants apprentis professeurs

11:36
Strasbourg

Foire européenne: les joueurs de la SIG et du RC Strasbourg sont en séance de dédicaces ce mercredi

14:49
Strasbourg

Alain Fontanel, 1er adjoint au maire de Strasbourg, accompagne le président de la République François Hollande dans son voyage au Vietnam