Vous êtes ici
02/03/18
19:00

Fessenheim démantelée dans 20 ans : un objectif ambitieux

La direction de la centrale de Fessenheim a précisé jeudi les détails du démantèlement de l’installation, qui devrait débuter à la fin de l’année. EDF a annoncé que les opérations dureraient vingt ans : mais est-ce seulement possible ?

 

20180302-VG nuclear_power_atomic_energy_nuclear_power_plant_nuclear_fission_nuclear_radioactive_nuclear_energy_power_plant-1383351.jpg

La question est restée en suspens depuis l’élection de François Hollande, en 2012 : à quand la fermeture de la centrale alsacienne, la plus vieille du parc nucléaire français encore en activité ? EDF a annoncé hier qu’elle serait mise à l’arrêt au moment du chargement en combustible de l’EPR de Flamanville, dans la Manche, prévu pour fin 2018. Une première phase de « préparation au démantèlement » de cinq ans devrait commencer dès la fermeture effective, permettant dès la troisième année le retrait total du combustible nucléaire.

S’ensuivront 15 ans de déconstruction totale de la centrale et de ses deux réacteurs de 900 MW, promettant une centrale complètement démantelée à l’horizon 2040. Après cette période, EDF s’engage à « remettre à l’état naturel le terrain qui abritait la centrale » après une étape « d’assainissement ». Mais peut-on réellement s’attendre au retour de veaux, vaches, grands hamsters et autres espèces alsaciennes sur les terres de la centrale aussi rapidement ?

Plusieurs démantèlements déjà en cours

 

En France, neuf centrales sont en cours de démantèlement, certaines depuis plusieurs décennies. La centrale de Brennilis (Finistère), par exemple, est fermée depuis 1985. Elle fait partie d’une ancienne génération de réacteurs nucléaires, qui utilisaient la technologie du réacteur à eau lourde refroidie au gaz (HWGCR). Après toutes ces années de travaux, EDF compte mener à bien ce démantèlement, mais rencontre encore des problèmes.

Les deux premières étapes de déconstruction ont déjà été effectuées, mais la troisième, qui devrait s’attaquer aux structures dans l’enceinte du réacteur, est bloquée. En cause, le manque d’installations spécifiques capables d’accueillir les déchets nucléaires. Autre obstacle : l’acceptation par l’Autorité de sûreté du nucléaire (ASN) du dossier de démantèlement complet. Ces difficultés pourraient tout à fait se présenter pour Fessenheim.

Des difficultés techniques

 

Depuis 2016, EDF a adopté une nouvelle stratégie de démantèlement qu’elle espère plus efficace, mais pour laquelle les technologies à mettre en œuvre nécessiteront encore dix ans de développement. Initialement prévu en 2045, cette nouvelle approche décalerait les opérations « de plusieurs décennies », reportant la « fin globale » de ce travail « au début du XXIIe siècle », d’après les dirigeants de l’ASN. Le groupe public a fait savoir qu’il testerait ces nouvelles techniques sur un seul réacteur, à Chinon (Indre-et-Loire), avant de s’attaquer au reste du parc nucléaire.

À ce jour, les premiers démantèlements de réacteurs nucléaires se font toujours attendre. En 2022, la mini-centrale de Chooz A, dans les Ardennes, qui fonctionne sur une technologie similaire à celle de Fessenheim (réacteurs à eau pressurisée) devrait être finalement démantelée en 2022, soit 31 ans après la fermeture du site. Pour Fessenheim, cela pourrait être plus rapide, d’après Pierre Bois, chef de la division de Strasbourg de l’ASN : « On attend le dossier de démantèlement, mais nous n’avons a priori pas de raisons de douter des objectifs annoncés par EDF. Le retour d'expérience des autres démantèlements est positif, il est donc possible qu’une vingtaine d’années suffisent pour Fessenheim ».

Attendu pour 2020, le dossier sera instruit pendant trois à cinq ans ; une fois le dossier examiné, le « gendarme du nucléaire » sera en mesure d’autoriser EDF à procéder au démantèlement complet, ou lui fera revoir sa copie pour atteindre ses objectifs.

Victor Guillaud-Lucet
Imprimer la page

Fil info

10:00
Alsace

Verglas dans le Bas-Rhin : de nombreux accidents sur les routes ce matin

18:45
Alsace

Le "pilleur des musées", Stéphane Breitwieser, a de nouveau été arrêté pour des vols d'oeuvres d'art.

11:08
Alsace

Les syndicats des Finances Publiques sont en grève dans le Bas-Rhin. Ils dénoncent "les difficultés dans l'exercice de leurs missions".

11:07
Alsace

Alerte au verglas sur les routes alsaciennes. La circulation est difficile dans les Vosges du Nord et le secteur de l'Alsace bossue.

16:21
Alsace

Un épisode de pollution aux particules est en cours dans le Bas-Rhin et la Moselle : il devrait cesser demain, avec la pluie et le vent

15:47
Alsace

Chantier du GCO : un nouvel engin de Vinci incendié entre Vendenheim et Eckwersheim hier soir

12:14
Alsace

Chantier du GCO : un militant interpellé et placé en garde à vue ce matin. Il serait soupçonné d'avoir dégradé du matériel.

10:18
Alsace

Une grève surprise des contrôleurs aériens à l'aéroport "EuroAirport" franco-suisse de Bâle-Mulhouse a entraîné l'annulation de 37 vols.

15:37
Alsace

Le casino Barrière de Blotzheim est le 2e casino de France, avec un encaissement brut de plus de 47 millions d'euros.

12:10
Alsace

L'école maternelle de Griesheim-près-Molsheim a été évacuée ce matin à 8h, suite à une odeur suspecte, et restera fermée toute la journée

09:13
Alsace

Migrants à Strasbourg : une nouvelle clôture installée quai de Malte.

15:25
Alsace

Les conseillers départementaux du Haut-Rhin votent à l'unanimité pour la création d'une Collectivité européenne d'Alsace.

10:09
Alsace

Vote de la Collectivité européenne d'Alsace: 40 élus du Bas-Rhin ont voté pour le texte, 6 contre.

16:23
Alsace

La circulation sur l’A4 est rétablie sur une voie après le renversement d’un camion ce matin au niveau de Dettwiller-Rosenwiller.