Vous êtes ici
30/01/18
10:34

En Allemagne, IG Metall fait trembler le patronat

Depuis le début de l’année, le puissant syndicat IG Metall réclame des hausses de salaire et une réduction du temps de travail. Face au refus des industriels, IG Metall a annoncé samedi des grèves de 24 heures dans plus de 250 usines en Allemagne.

Samedi à Böblingen, dans le Bade-Wurtemberg, la 4e phase des négociations a échoué entre IG Metall et le patronat allemand. Au lieu des 3, voire 4 % d’augmentation habituellement demandés, le puissant syndicat exige une augmentation des salaires de 6 % pour les 3,9 millions d’employés qu’il représente. Et pour la première fois de son histoire, IG Metall abat la carte d’une réduction du temps de travail : une semaine de 28 heures. Refus catégorique des industriels ce week-end. Jörg Hofmann, président d’IG Metall, reproche à l’industrie de bloquer « la modernisation du monde du travail ». IG Metall a alors annoncé une grève de 24 heures, entre mercredi et vendredi. Un mouvement inédit qui va toucher 250 entreprises allemandes.

 

 

IG Metall pèse lourd et peut se permettre d'être gourmand. Le syndicat représente le cœur de l’industrie allemande : l’automobile, l’électronique et le textile. Et surtout, il a toutes les cartes en main. L’économie allemande va très bien, tous les feux sont au vert. Bref, les entreprises allemandes croulent sous les commandes, mais ne peuvent pas toutes les honorer à défaut de main-d'oeuvre suffisante. Le chômage est historiquement bas : 5,3 % d’après l’Agence de l’emploi.

Le modèle « Trumpf »

Depuis 2016, l’entreprise Trumpf, spécialiste des machines de découpe laser, permet à ses employés de faire évoluer leur temps de travail en fonction de leurs conditions de vie. Une sorte d’emploi à la carte : pendant deux ans, ils ont la liberté de travailler entre 15 et 40 heures par semaine. Au siège de Ditzingen, un quart des salariés ont opté pour cette flexibilisation du travail. Et, contre toute attente, « ceux qui voulaient augmenter leur temps de travail étaient plus nombreux que ceux qui voulaient le réduire », souligne Renate Luksa, présidente du comité d’entreprise et membre du syndicat IG Metall.

En jouant le jeu de la flexibilisation du travail, Trumpf a finalement récolté plus de volontarisme de la part de ses employés, et du même coup du syndicat. Ce dernier a accepté que plus de 18 % des salariés de l’entreprise travaillent jusqu’à 40 heures par semaine ; son accord était la condition nécéssaire pour aller au-delà des 35h prévues par le code du travail. Un pari gagnant pour le DRH de l’entreprise, Olivier Maassen : la multiplicité des modèles de temps de travail est « une évidence pour la génération des Millennials ».

D’après l’Office fédéral des statistiques, 1,2 million des salariés allemands à plein temps aimerait pouvoir travailler plus. Une même part aimerait faire le contraire. En entamant le débat de la flexibilisation du travail, l’IG Metall se montre prêt à revenir sur le modèle des 35 heures. Un droit pourtant difficilement obtenu en 1984 après sept semaines de conflit social.

Le patronat va-t-il céder ?

Compte tenu du contexte économique favorable en Allemagne, les employeurs assurent être d’accord pour une augmentation salariale inférieure à 5 %. Mais refusent de payer plus ceux qui veulent travailler moins. Et s'ils se disent prêts à introduire une flexibilité du temps de travail, c'est d'abord pour multiplier les contrats de 40 heures hebdomadaires.

En cas de grève, des entreprises comme Daimler ou Siemens pourraient être paralysées. La dernière grève dure d’IG Metall remonte à 2003. L’organisation avait tenté d’obtenir les 35 heures aux « métallos » de l’ex-Allemagne de l’Est qui travaillent toujours 38 heures par semaine. Le syndicat avait échoué.

Simon Cardona

Imprimer la page

Fil info

15:50
Monde

Les députés européens souhaitent réduire la consommation d'antibiotiques dans l'UE pour limiter le développement des bactéries résistantes.

15:17
Monde

Donald Trump dément la mort de 3 000 personnes pendant l’ouragan Maria l’été dernier. Il affirme que ce nombre a été gonflé pour lui nuire.

14:53
Monde

Durant ces deux semaines, 38 500 personnes ont fuit Idlib à cause des hostilités dans la région située au nord-ouest de la Syrie.

14:17
Monde

Les députés espagnols ont voté en faveur de l’exhumation de l’ancien dictateur Franco.

13:58
Monde

Un Suisse, qui cherchait à se rendre dans la ville syrienne d'Idleb avec un chargement d'armes, a été arrêté à la frontière bulgaro-turque.

13:55
Monde

L'épidémie de choléra au Zimbabwe a fait 24 morts depuis la semaine dernière.

12:16
Monde

Les deux suspects de l’affaire Skripal assurent être allés à Salisbury comme touristes. L'ex-espion russe y avait été empoisonné.

12:05
Monde

Au Ghana, les funérailles nationales de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU et prix nobel de la paix, ont débuté à Accra.

11:40
Monde

Les personnels de cabine de Ryanair sont appelés à la grève le 28 septembre dans 5 pays européens.

11:15
Monde

Dans la zone euro, l'Italie est un "problème", selon Pierre Moscovici, qui demande à son gouvernement un budget crédible pour l'an prochain.

11:03
Monde

Un membre du groupe russe de punk rock féministe Pussy Riot est hospitalisé dans un état grave. Sa compagne craint un empoisonnement.

10:52
Monde

Dominic Raab, ministre du Brexit, a prévenu l'UE que son pays ne paierait pas la totalité de la facture du Brexit.

10:10
Monde

Guerre commerciale : Pékin salue l'offre américaine de négociations.

17:46
Monde

Au Maroc, une loi contre les violences faites aux femmes est entrée officiellement en vigueur.

17:07
Monde

Les autorités américaines exhortent les récalcitrants face à l'ouragan Florence de se mettre à l'abri.

17:00
Monde

La police zimbabwéenne interdit les rassemblements publics à Harare en raison d'une épidémie de choléra et de fièvre typhoïde.

16:34
Monde

Actionnaire principal de Volkswagen, Porsche SE affronte la justice depuis mercredi dans le cadre du « dieselgate ».

16:13
Monde

Le Premier ministre israélien Netanyahu accuse l'Europe de complaisance envers l'Iran au lieu de s'opposer à ses activités « terroristes ».