Vous êtes ici
04/02/20
17:26

Le manga Death Note ouvre une nouvelle page

Après un an d’attente depuis son annonce, la suite du manga Death Note a été publiée ce lundi 3 février. Ce chapitre inédit introduit de nouveaux personnages, au coeur d’une intrigue actuelle et ancrée dans l’ère numérique. 

À gauche, Light, héros de Death Note et à droite, Minoru, le nouveau protagoniste. Photo : Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, Shueisha / Death Note

Quatorze ans après la sortie du dernier tome qui mettait fin à la série, les fans du manga Death Note ont enfin pu découvrir un nouveau chapitre de 87 pages, publié lundi 3 février. Écrit par le duo d’origine, le scénariste Tsugumi Ohba et l’illustrateur Takeshi Obata, ce nouvel opus paru dans le magazine japonais Jump Square compte aussi sa traduction anglaise disponible gratuitement en ligne.

Pour ceux qui ignorent tout de l’oeuvre qui a franchi la barre des 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde en 2015, son succès a fait l’objet de nombreuses adaptations : en série, anime, comédie musicale et dernièrement en film sur Netflix, en 2017. Le death note, c’est un carnet noir qui donne à son détenteur le pouvoir de tuer. Un bon nombre de règles encadrent l’utilisation du cahier mais, globalement, il suffit d’y inscrire le nom d’une personne pour qu’elle meure d’une crise cardiaque dans les quarante secondes qui suivent.

Une traque à l’ère numérique

Le nouveau one shot tente de reprendre ces mêmes codes et de les transposer à l’ère numérique. À l’origine, le thriller psychologique de douze tomes relate les aventures de Light Yagami, brillant étudiant en droit, qui s’empare du cahier avec l’objectif utopique de débarrasser le monde des criminels pour recréer un monde parfait. Une activité non sans peine pour ce justicier, surnommé Kira, qui se verra traqué par les meilleurs détectives dont L, son plus redoutable ennemi.

Subtilement installée dans un univers réaliste, le Japon des années 2000, la série a su boucler, entre rebondissements et suspens, cette traque judiciaire et les questionnements moraux qui s’y imposent. Le nouveau protagoniste, Minoru Tanaka, collégien trois fois lauréat d’un concours d’intelligence japonais, semble tout aussi ingénieux, et solitaire, que Light Yagami. À l’heure des smartphones, de Twitter et des caméras de surveillance, omniprésentes, Minoru se trouve confronté à des difficultés dont son prédécesseur n’avait pas à s’inquiéter à son époque. Les risques d’être démasqué sont donc décuplés pour ce nouveau Kira, rebaptisé A-Kira.

Pour le plus grand plaisir des fans du manga originel, des personnages iconiques refont surface. Ryuk, le dieu de la mort en manque de divertissement, gardien du cahier, fait son retour sur Terre. Il accompagne Minoru décidé à vendre le cahier, connu comme l’arme ayant permis à Kira de tuer une décennie plus tôt, aux enchères sur le net.

Une intrigue plus faible

Near, enquêteur et héritier de L, revient également pour tenter d’empêcher la vente du dangereux carnet. Les éléments de la traque sont en place, mais celle-ci s’opère à travers les médias et les réseaux sociaux. Un manque d’action et d’échanges entre les différents personnages créent un manque de dynamisme. Le détective est peu présent et semble mettre au jour les limites de l’investigation liées aux contraintes numériques. Les prises de risques sont minimisées pour Minoru qui passe la plupart de son temps seul, cloitré sa chambre.

Death Note à l’ère d’Internet n’aurait sans doute pas été possible, ce qui se traduit par une intrigue plus faible dans ce dernier opus. Il est cependant amusant de voir les dirigeants internationaux bien décidés à mettre la main sur le cahier. Shinzō Abe, Donald Trump ou encore Xi Jinpin sont facilement rendus identifiables par les traits d’Obata et incarnent avec humour les relations tendus entre les Etats-Unis et la Chine pour la conquête du pouvoir.

Quelques dirigeants politiques font leur apparition dans cette suite du manga. Photo : Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, Shueisha / Death Note

Pour les lecteurs francophones, la maison d’édition Kana n’a pour l’instant pas communiqué l’intention de diffuser une version française. « La pagination, 87 pages là où un tome normal en compte plus ou moins 200, rend son édition seule un peu compliquée », indique l’éditeur sur Kana.fr, son site internet.

Loana Berbedj

Imprimer la page

Fil info

15:33
Culture

Yorgos Loukos, directeur du ballet de l'Opéra de Lyon, licencié pour discrimination.

17:34
Culture

L'auteur et illustrateur Florian Pigé a reçu le prix Landerneau album jeunesse pour « Bulle d'été », l'histoire mélancolique d'un garçon.

16:05
Culture

La mairie de Paris a annoncé l'inauguration de la controversée sculpture du « Bouquet de Tulipes », de l'artiste Jeff Koons, le 4 octobre.

15:19
Culture

Le photographe et cinéaste américain Robert Frank est mort à l'âge de 94 ans.

15:28
Culture

Radio France veut être la "maison des nouveaux talents" et va créer son propre festival en 2021, annonce le nouveau directeur Didier Varrod.

14:55
Culture

L'écrivain Santiago H. Amigorena, 57 ans, a remporté lundi le convoité prix des libraires de Nancy pour son roman "Le ghetto intérieur".

15:31
Culture

La Fox a annoncé une 31e et une 32e saison pour la série de Matt Groening, Les Simpsons.

10:00
Culture

La série Canal+ "Vernon Subutex" sera projetée en avant-première à Canneseries, festival international qui se tiendra du 5 au 10 avril

12:44
Culture

Le chanteur Rachid Taha est décédé d'une crise cardiaque dans la nuit de mardi à mercredi.

11:35
Culture

La romancière belge Adeline Dieudonné lauréate du prix du roman Fnac avec "La vraie vie".