Vous êtes ici
07/02/20
13:15

Coronavirus : la mort d'un médecin provoque la colère en Chine

Le Parti communiste chinois ouvre une enquête sur les circonstances entourant la mort du docteur Li Wenliang qui avait lancé l'alerte sur l'épidemie. Sur les réseaux sociaux, la censure se durcit.

Li Wenliang avait alerté ses collègues sur la dangerosité du coronavirus à Wuhan, avant d’être convoqué par la police locale. Photo Li Wenliang

Le coronavirus a son martyr que la Chine pleure désormais. Il porte un nom : Li Wenliang. Et un visage : celui d’un médecin de 34 ans, allongé sur un lit d’hôpital, intubé. Il était l’un des premiers à donner l’alerte sur l’épidémie qui n’en était alors qu’à ses prémices.

Son décès a été officiellement déclaré vendredi 7 février par les services hospitaliers de Wuhan. « En luttant contre l’épidémie de pneumonie due au nouveau coronavirus, Li Wenliang a malheureusement été infecté. Il est mort malgré tous les efforts que nous avons fait pour le ramener en vie. Nous sommes en deuil », a déclaré l’établissement.

La veille, l’annonce de sa disparition par plusieurs médias avait déjà suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. « Je suis aussi Li Wenliang », affichaient de nombreux internautes sur la plateforme Weibo, l’équivalent de Twitter en Chine. « C'est un héros qui a donné l'alerte au prix de sa vie », témoignaient d’autres.

Sur la plateforme Weibo, les internautes rendent hommage au médecin avec des photos de bougie. Capture d'écran Weibo

Lanceur d’alerte aux premiers jours de l’épidémie

Des hommages à la hauteur d’une figure nationale. Dès le 30 décembre, l’ophtalmologue s’était illustré en alertant sur les dangers du nouveau coronavirus. Il avait fait le rapprochement entre l’hospitalisation de travailleurs sur les marchés d’animaux et la contraction du virus, proche du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Appelant, avec sept autres médecins, à s’en protéger avec des masques et des combinaisons.

Si les faits lui ont donné raison, sa publication, devenue virale sur les réseaux sociaux, a fortement déplu aux autorités chinoises, qui souhaitaient conserver la gestion de la crise. Le Parti communiste a accusé le médecin de propager des rumeurs et l’a enjoint à signer une lettre, reconnaissant « des commentaires erronés » et une « forte perturbation de l’ordre social ».

« Il ne faut jamais oublier son courage »

L’annonce de l’admission du médecin en soins intensifs par les autorités chinoises, jeudi soir, pour retarder la nouvelle explosive de sa disparition, n’a fait qu’accroître les critiques sur les réseaux sociaux. « Nous attendons toujours vos excuses », demandent de nombreux utilisateurs de Weibo.

Sur WeChat, les photos de profil sont remplacées par une flamme de bougie et les appels à la démission des dirigeants chinois se multiplient. « Le docteur Li laisse un enfant et sa femme. Ils attendaient leur deuxième enfant pour l'été. Il ne faut jamais oublier son courage », témoigne une internaute sur Twitter.

Durcissement de la censure

En Chine, l’émotion s’additionne à la haine. « Que tous ces fonctionnaires qui s'engraissent avec l'argent public périssent sous la neige », s’emporte un internaute sur Weibo, relevé par l’AFP. « Que ceux qui t’ont fait taire ne soient que des brebis galeuses et que les cadres du Parti prennent exemple sur toi : qu’ils ôtent le manteau de la bureaucratie et s’habillent de plus d’humanité », renchérit un autre, cité par Le Monde.

Des messages aussitôt censurés par les autorités : deux jours plus tôt, l’administration chinoise du cyberespace avait annoncé le renforcement de la surveillance des grands réseaux sociaux. Ce qui n’empêche pas les Chinois de contourner les dispositifs de censure.

« Certains internautes gribouillent leurs messages pour tromper la censure automatisée, comme d'autres se maquillent le visage pour échapper à la reconnaissance faciale », constate le journaliste Olivier Tesquet. Des comportements et des commentaires d’une rare violence dans le pays du soleil levant.

Tournure politique d’un décès

Preuve, s’il n’en fallait, que le décès de Li Wenliang prend une tournure politique, le hashtag « liberté d’expression » a fleuri sur Weibo, avant d’être bloqué. Des dessins représentant Li Wenliang bâillonné par des barbelés côtoient les publications partageant la chanson « Do You Hear the People Sing », de la comédie musicale « Les Misérables », symbole des manifestants pro-démocratie de Hong Kong. Même l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est fendue d’un communiqué : « Nous sommes profondément peinés par le décès du docteur Li Wenliang. Nous avons tous besoin de célébrer le travail qu’il a accompli. »

Pour calmer les tensions, les autorités ont annoncé vendredi 7 février qu’une équipe allait être envoyée à Wuhan, « pour mener une enquête exhaustive sur les circonstances entourant [le décès du] docteur Li Wenliang ». Mais dans le même temps, les censeurs du régime ont une nouvelle fois nettoyé les réseaux des commentaires les plus virulents. Pour camoufler l’ampleur de la colère. Et tenter de reprendre la main sur une crise qui dépasse le pouvoir.

Nicolas Arzur

Imprimer la page

Fil info

16:02
Monde

États-Unis : Joe Walsh annonce qu’il se retire de la primaire républicaine, après son échec au caucus de l’Iowa.

14:46
Monde

Les forces israéliennes ont déployé des renforts à Jérusalem et en Cisjordanie occupée à l'occasion des prières musulmanes hebdomadaires.

14:44
Monde

43 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations ont été secourus en mer dans la nuit de jeudi à vendredi.

12:55
Monde

Coronavirus : l'OMS annonce une pénurie mondiale d'équipements de protection.

10:54
Monde

L'agence de presse américaine Associated Press incapable de déclarer un vainqueur des primaires démocrates dans l'Iowa.

09:40
Monde

Les États-Unis affirment avoir tué Kassim Al-Raïmi, chef d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, au Yémen.

17:41
Monde

Le gouvernement des États-Unis veut prendre le contrôle de Nokia et Ericsson pour limiter la domination de Huawei sur le marché de la 5G.

17:26
Monde

Coronavirus : Li Wenliang, l'ophtalmologue chinois qui avait alerté sur l'épidémie, est décédé.

16:52
Monde

Le dissident cubain Guillermo Fariñas, prix Sakharov du Parlement européen en 2010, a été arrêté dans son pays.

16:42
Monde

En Syrie, 23 combattants syriens et étrangers ont été tués dans des raids israéliens.

15:59
Monde

Twitter augmente son nombre d'usagers de près de 21 % par rapport à l'an dernier, son action boursière s'envole.

15:40
Monde

Mode : le créateur belge de 43 ans Olivier Theyskens nommé directeur artistique d'Azzaro.