Vous êtes ici
02/02/18
18:25

Réforme de la fonction publique : la clarté et la méthode font défaut, selon la CFDT

Inquiète face aux annonces de réforme de la fonction publique, la CFDT réclame des explications à l'exécutif.

« Ce n’est pas la fin de la fonction publique », a rassuré Emmanuel Macron, en marge de sa visite en Tunisie jeudi matin. Le président de la République réagissait à un pavé dans la marre, jeté par le Premier ministre Édouard Philippe quelques heures plus tôt, concernant la réforme de la fonction publique. Certains syndicats parlent d’un coup de massue, d’autres se disent sous le choc et préparent la riposte. La branche fonction publique de la CFDT (CFDT-Uffa), si elle déplore le manque de méthode dans l’annonce et l’absence de clarté dans les propositions, laisse un peu de temps à l’exécutif pour rectifier le tir. Recours aux contractuels, départs volontaires, rémunération au mérite... Mylène Jacquot, secrétaire générale de la CFDT-Uffa, revient sur les principales pistes lancées par le gouvernement.

Comment accueillez-vous les annonces faites par le gouvernement, dans le cadre de la réforme de la fonction publique ?

Il y a un chantier engagé depuis maintenant plusieurs semaines, Action publique 2022, qui doit amener à questionner les missions, leur organisation, l’attente des usagers. Cela dit, nous sommes assez interrogatifs, car nous avons appris l’information par voie de presse. D’abord sur la manière de faire, nous demandons que le dialogue social reprenne toute sa place, et il ne me paraît normal d’échanger par médias interposés. La CFDT appelle le gouvernement à apporter des éclaircissements et établir les conditions d’un dialogue social approfondi, avec les représentants des usagers et les agents que nous sommes. Il faut parvenir à dépasser l’idée selon laquelle Action publique 2022 se limiterait à réduire les coûts et le nombre de fonctionnaires. Donc il y a un petit souci de méthode, que le gouvernement doit rapidement rectifier.

Et les pistes annoncées vous semblent-elles aller dans le bon sens ?

Nous ne savons pas où l’on va, et c’est justement la raison pour laquelle nous voulons des clarifications. La rémunération au mérite existe déjà. Les contractuels, c’est déjà près de 20 % de la fonction publique. Le dispositif des départs volontaires existe déjà, même s’il n’intéresse quasiment personne... C’est pourquoi il faut bien que le gouvernement explique clairement comment il compte intervenir dans ces dispositifs existants. Nous n’avons jamais été contre les réformes. Et contrairement à ce qu’on semble croire, le statut de la fonction publique ne date pas de Mathusalem mais de 1983, et il est revu tous les ans. Des évolutions, nous y avons déjà fait face avant... Je suis toujours amusée d’entendre les gens parler de la fonction publique : croient-ils qu’on utilise encore des manchettes de lustrine ? On ne travaille plus comme au XIXe siècle !

Cent vingt mille postes à supprimer dans la fonction publique, est-ce trop, selon vous ?

On ne peut pas raisonner comme ça. On ne peut pas engager une réflexion sur la fonction publique en ayant comme seul objectif de diminuer le nombre de postes. Il faut s’interroger dans le bon ordre, sur les missions, sur la manière dont on s’organise pour que celles-ci soient mieux menées et qu’on y mette les moyens. Il est clair que du côté de l’hôpital, il n’est même pas envisageable de réduire des effectifs. Dans les collectivités territoriales, peut-être que les fusions peuvent permettre, à terme, des économies d’échelle, Mais il y a sans doute, en parallèle, des endroits où l’on manque d’agents.

Et comment comprenez-vous le fait que les usagers puissent donner leur appréciation sur les services reçus de l’administration ?

Il est certes important que les usagers puissent exprimer leur satisfaction ou leur insatisfaction. La question, là encore, est de savoir comment cela va être mis en place. Car il ne s’agit certainement pas qu’un usager vienne noter tel ou tel agent, en fonction d’un sourire ou pas sur son visage. Il ne devra pouvoir noter que l’offre proposée.

Certains syndicats se mobilisent déjà pour riposter, qu’en est-il de votre côté ?

Quand la CFDT appelle ou soutient une grève ou une manifestation, c’est dans l’objectif d’obtenir quelque chose. Donc il faut toujours être prudent et examiner l’intérêt d’une mobilisation en fonction de la stratégie décidée. Il faut aussi évaluer à chaque fois l’impact d’une mobilisation sur une négociation. Nous n’avons donc pas de position systématique, nous la décidons en fonction des événements.  

Maxime Bazile

Imprimer la page

Fil info

17:18
France

Des zadistes ont bloqué hier et aujourd'hui le débrouissaillage de l'ancienne "route des chicanes" sur le site de Notre-Dame des Landes.

17:08
France

L'hébergeur du suspect de l'attaque du Thalys en 2015 vient d'être remis à la France par les autorités belges.

17:06
France

Crash d'hélicoptères militaires dans le Var : "l'hypothèse d'une collision" privilégiée, selon le procureur de Marseille.

16:59
France

Nice : Un curé de la région de Nice suspendu après une plainte pour des faits présumés d'attouchements sexuels sur mineurs.

16:35
France

Les syndicats pénitentiaires FO et CGT appellent à manifester lundi devant la direction de l'Administration pénitentiaire.

16:28
France

Perturbateurs endocriniens : "Les moyens ne sont pas à la hauteur des enjeux et des coûts pour la santé", selon un rapport publié vendredi.

16:10
France

L'enfant de confession juive agressé à Sarcelles et son grand frère ont été auditionnés dans le cadre de l'enquête.

15:02
France

Au tribunal de Cayenne (Guyanne), 1581 plaintes ont été classées sans suite en 2017, faute d'avoir été traitées à temps.

14:43
France

Après 3 mois de grève, un accord de sortie du conflit se dessine pour les employés de nettoyage à l'hôtel Holiday Inn de Clichy.

14:38
France

EPR de Flamanville : démarrage confirmé pour la fin de l'année, début de l'exploitation commerciale en 2019 selon le PDG d'EDF.

14:12
France

Ascoval : Bruno Le Maire annonce que l'État apportera 5 millions d'euros pour "soutenir l'activité du site" de Saint-Saulve (Nord).

13:57
France

Le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, présente ses excuses aux familles victimes de la salmonellose.

13:50
France

Le parquet de Paris demande le placement en détention du théologien suisse Tariq Ramadan, accusé de viols.

13:21
France

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin décidera à la fin de l'année s'il quitte ou pas Les Républicains, a-t-il annoncé aux Échos.

12:58
France

La ligne du RER C dans Paris intra-muros restera fermée jusqu'au 10 février au minimum, selon la SNCF.

12:25
France

Téléphone au volant : même à l'arrêt moteur éteint, le conducteur peut se faire verbaliser, juge la Cour de cassation.

12:14
France

Nouvelle manifestation des agriculteurs dans le Sud-Ouest. Protestation contre la révision européenne de la carte des "zones défavorisées".

12:11
France

Les compétences disciplinaires de l'agence antidopage contraires à la Constitution. L'Afld est juge et partie (Conseil constitutionnel).

11:43
France

Affaire Fiona : Cécile Bourgeon absente aujourd'hui au procès. "Elle n'était pas en état de remonter" selon son avocat.

11:21
France

L'élection de la députée Samantha Cazebonne (LREM, 5e circ. des Français de l'étranger) a été invalidée par le Conseil constitutionnel.

10:39
France

Accident d'hélicoptères dans le Var : la ministre des Armées Florence Parly se rendra sur place en début d'après-midi.

10:35
France

Un skieur de 49 ans a trouvé la mort jeudi dans les Vosges, asphyxié par une coulée de neige sur le versant vosgien du Ballon d'Alsace.

10:25
France

Crash d'hélicoptères militaires dans le Var : les deux appareils se sont percutés, bilan de cinq morts confirmé, aucun survivant.

09:53
France

L'eurodéputé FN Édouard Ferrand est décédé jeudi soir à Paris des suites d'une longue maladie.

09:46
France

Au moins cinq morts dans deux crashs d'hélicoptères de l'armée dans le Var.

09:04
France

Tariq Ramadan, théologien musulman accusé de viols, est présenté aujourd'hui à un juge d'instruction.

19:30
France

Le bilan de la rixe entre migrants à Calais grimpe à huit blessés. Trois ont un pronostic vital engagé.

19:13
France

Une nouvelle proposition de la France insoumise rejetée : la révision de la Constitution pour y inscrire le droit d'accès à l'eau.