Vous êtes ici
01/02/18
11:26

Le « name and shame », entre révélation et parts d’ombre

C’est un mot d’ordre qui vient d'Emmanuel Macron : le « name and shame » consiste à désigner publiquement quelqu’un pour ses mauvais agissements. Cette pratique anglo-saxonne est plébiscitée par le gouvernement. Mais elle n’est pas sans limites. 

20180201-DH 34361421684_658978f833_z.jpg

Le gouvernement veut muscler son plan de lutte contre la fraude fiscale. Pour cela, outre la création d’une police fiscale, Edouard Philippe s’est dit prêt hier à user du « name and shame » (nommer et couvrir de honte).

« Il faut que le peuple français sache qui cherche à s’exonérer des obligations fiscales légitimes qui sont à la charge de chacun », explique le Premier ministre. Les fraudes les plus graves, probablement les peines et sanctions prononcées, vont être publiées. 

 

 

Le « name and shame » est une pratique anglo-saxonne appréciée par le président de la République. A Bercy, l’ex-ministre utilisait cette technique contre les retards de paiement des entreprises. Le programme d’Emmanuel Macron propose de publier les noms des entreprises qui contreviennent à l’égalité homme-femme en matière de salaire. La semaine dernière, le président de la République n'a pas exclu de nommer les entreprises qui ne respecteront pas les règles du projet de loi qui encadre la grande distribution. 

 

 

L’arbre qui cache la forêt

Outre-Manche, cette technique du « name and shame » est courante. Elle aurait pu conduire au pire en 2000, lorsqu’un journal à scandale diffuse dans ses pages une centaine de portraits de pédophiles. La suite : des manifestations devant les domiciles d’une vingtaine de pédophiles présumés, des vitres brisées, des véhicules incendiés. En 2009, un scandale des notes de frais avait éclaboussé trois députés et un Lord.

En France, le secrétariat d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes a épinglé deux entreprises, en septembre 2017 : Sartorius Stedim Biotech et Maurel & Prom. Il leur était fait le reproche d’être en retard dans la féminisation des instances dirigeantes et le refus de se rendre à la formation organisée à ce sujet. 

Si l’opération est spectaculaire, c’est bien l’arbre qui cache la forêt. Les discriminations persistent dans le monde du travail. 2 271 mises en demeure ont été prononcées en 2016, contre des entreprises qui n’ont pas trouvé un accord sur ce sujet. 116 sociétés ont payé des pénalités financières. La liste complète de ces entreprises fautives n’a jamais été publiée car cette révélation pourrait leur porter préjudice.

David HENRY

Photo: Pierre TRICOLET (Flickr)

Imprimer la page

Fil info

09:17
France

Affaire Benalla : démission de la cheffe du groupe de sécurité du Premier ministre.

18:09
France

Le parquet national financier ouvre une enquête pour corruption pour un contrat signé par Alexandre Benalla avec un oligarque russe.

16:29
France

Les syndicats agricoles, FNSEA et Jeunes Agriculteurs, restent majoritaires dans les chambres d'agricultures.

16:11
France

Plusieurs milliers de fonctionnaires ont défilé à Paris à l'appel de Force ouvrière pour réclamer une hausse des salaires.

15:41
France

Un jeune migrant retrouvé mort au bord d'une route des Hautes-Alpes dans la nuit de mercredi à jeudi.

15:27
France

Manuel Bompard (France insoumise) a été perquisitionné dans le cadre de l'enquête sur les comptes de campagne à son domicile toulousain.

14:55
France

Nicolas Dupont-Aignan de nouveau relaxé pour ses propos sur l'"invasion migratoire" en France tenus en janvier 2017.

14:25
France

Le journal l'Humanité placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Bobigny. Une nouvelle audience est fixée le 27 mars.

13:44
France

La France rappelle son ambassadeur en Italie "après des attaques" "sans précédent" (Quai d'Orsay)

12:09
France

Sur RMC, Kaaris annonce un combat avec Booba "en Tunisie, au mois de juin"