Vous êtes ici
01/02/18
20:02

IG Metall : une mobilisation « dans la joie et la bonne humeur »

Deuxième jour de mobilisation dans le secteur de la métallurgie en Allemagne. A l'appel du puissant syndicat allemand IG Metall, une cinquantaine d'usines sont bloquées ce jeudi 1er février. L'usine Bosch de Bühl est l'une d'elle. Malgré des négociations tendues entre syndicat et patronat, la mobilisation s'est déroulée dans une ambiance bon enfant.

20180201-WM img_20180201_114823_1.jpg

 

Devant la tente dressée sur le parking de l'usine Bosch de Bühl, le feu crépite. Malgré le froid, ils sont 200 salariés mobilisés depuis 5 heures du matin. Mais seules les banderoles et les écharpes bardées du logo et des initiales d'IG Metall indiquent qu'il s'agit d'une mobilisation syndicale.

 

Sous la tente chauffée, l'ambiance est familiale et festive. Dans un coin, une jeune femme anime un atelier maquillage, tandis qu'une autre distribue des goodies à l'effigie du syndicat. Attablés, les salariés, accompagnés de leurs amis ou de leurs familles, partagent un hot-dog ou un café sur fond de musique locale. Parmi eux, Markus, 42 ans, et son fils de 4 ans. « Cela fait 8 ans que je travaille chez Bosch à plein-temps. J'aurais bien aimé profiter de la semaine de 28 heures quand j'ai eu mon fils ». La semaine à 28 heures, c'est l'une des revendications d'IG Metall défendues depuis l'automne dernier. Face au refus du patronat, le syndicat a lancé mercredi un appel à l'arrêt d'usines pendant 24 heures et sur trois jours. Au total, ce jeudi, 52 usines sont bloquées en Allemagne. L'objectif est de permettre aux salariés qui le souhaitent, notamment ceux qui s'occupent de leurs parents ou de leurs enfants, de pouvoir réduire leur temps de travail pour une durée maximum de deux ans avec une compensation salariale.

 

Une proposition soutenue par Anita et Monica, salariées chez Bosch depuis plus de 30 ans. Toutes deux proches de la retraite, elles n'avaient pas connu de mouvement d'une telle ampleur depuis 1984. « A l'époque, la mobilisation a duré six semaines et le patronat a fini par céder », raconte Monica.  La semaine de 28 heures leur permettrait de passer plus de temps avec leurs enfants et petits-enfants. Quant à la hausse de 6 % des salaires, autre revendication syndicale, elles y sont très favorables. « Ça permettrait de compenser l'inflation », explique Anita.

 

A midi, les salariés sont rejoints par un groupe de jeunes apprentis venus casser la croûte. Même si leur statut ne leur permet pas de profiter de la hausse des salaires et de la semaine à 28 heures, ils soutiennent le mouvement. Peu après leur départ, des applaudissements retentissent depuis la tente. A l'intérieur, les salariés saluent l'arrivée d'un homme sur l'estrade. Cet homme, c'est Ahmet Karademir, le président d'IG Metall-Offenburg. Il fait le point sur les négociations avec le patronat.

 

«Nous étions à Stuttgart hier soir. Nous avons négocié avec le patronat jusqu'au petit matin, mais ça n'a rien donné. Pourquoi ? Parce que le patronat nous a fait des propositions honteuses ». Après une salve d'applaudissements, le syndicaliste poursuit. « Les employeurs nous demandent d'être toujours plus flexibles pour s'adapter aux carnets de commandes. Soit. Mais en 2018, nous estimons que la flexibilité doit aussi profiter aux salariés et à leur vie de famille. » Avant de quitter l'estrade, Ahmet Karademir appelle les salariés à garder le sourire, « parce qu'une mobilisation doit se faire dans la joie et bonne humeur », et fait place à Philipp Zink, jeune star locale.

 

La mobilisation se poursuit dans une ambiance festive, mais une salariée met en garde. « Pour l'instant, on procède 'à l'allemande', dans le respect mutuel. Mais la situation pourrait vite changer. » Les négociations entre syndicats et patronat seront relancées durant le week-end. Mais si d'ici lundi matin, ils ne parviennent pas à trouver un accord, IG Metall procèdera à un vote de ses membres pour lancer un réel mouvement de grève, un cas inédit en Allemagne.

Wyloën Munhoz-Boillot

 

 

Imprimer la page

Fil info

09:38
Monde

Des milliers de personnes défilaient, jeudi, à Haïti pour protester contre l'inflation et demander le départ du président Jovenel Moïse.

09:12
Monde

Crise diplomatique France/Italie : le rappel de l'ambassadeur français vise à "marquer le coup", explique Benjamin Griveaux.

17:32
Monde

Le groupe Etat islamique ne contrôle plus que moins de 1% de son "califat", selon la coalition internationale antijihadiste.

16:48
Monde

Cacophonie à Bruxelles. Theresa May a déclaré que le Brexit aura lieu dans les temps. Donald Tusk, lui, ne voit pas de "percées sérieuses".

15:29
Monde

La Lettonie annonce qu'elle facilitera la vie des 800 résidents britanniques sur son sol en cas de Brexit.

13:00
Monde

L'Ukraine inscrit l'objectif d'adhésion à l'UE et l'Otan dans sa Constitution

10:56
Monde

Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, selon l'ONU.

10:40
Monde

Procès Nemmouche : deux journalistes français, anciens otages en Syrie, ont formellement reconnu Mehdi Nemmouche comme un de leurs geôliers.

09:57
Monde

En Allemagne, le gendarme de la concurrence restreint la collecte des données personnelles des utilisateurs de Facebook.

09:54
Monde

Brésil : Incarcéré depuis avril, l'ex-président Lula condamné à 12 ans de prison supplémentaires pour corruption et blanchiment d'argent.

09:39
Monde

Tchad : Frappes de l'armée de l'air française contre des rebelles venus de Libye. Vingt véhicules ont été détruits.

18:42
Monde

Le président kényan Uhuru Kenyatta propose de l'aide au nouveau chef d'Etat de la RDC, Felix Tshisekedi, pour stabiliser son pays

18:03
Monde

Ankara condamne la journée de commémoration du génocide arménien décidée par E. Macron, l'accusant de nuire aux relations franco-turques

17:50
Monde

Des milliers d'oiseaux marins s'échouent et meurent sur les plages néerlandaises, les scientifiques soupçonnent une grave famine

16:56
Monde

Cameroun : plusieurs arrestations après des tirs à Buea. Cette région est en proie à un conflit entre séparatistes et forces de l'ordre.

15:40
Monde

Les Etats-Unis vont "continuer à diriger" la lutte contre les jihadistes malgré le retrait de leurs forces armées de Syrie

12:34
Monde

Alexis Tsipras a visité deux lieux du passé orthodoxe d’Istanbul, lors d'un déplacement destiné à apaiser les tensions entre les deux pays.

12:15
Monde

Les pourparlers entre représentants talibans et opposants au gouvernement afghan reprennent à Moscou, évinçant les autorités de Kaboul.