Vous êtes ici
10/09/19
17:28

Fukushima : Peut-on évacuer l'eau radioactive ?

Depuis la catastrophe de Fukushima en 2011, des tonnes d’eau contaminée s’accumulent dans des réservoirs qui arrivent à saturation.

Un peu plus d'un million de mètres cube d'eau radioactive sont stockés à Fukushima./ Photo CC BY-SA 2.0 IAEA Imagebank

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 et un puissant tsunami dévastent la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, sur la côte est du Japon. Quelques jours plus tard, les premiers rejets radioactifs sont détectés et plus de 100 000 personnes sont évacuées. Le bilan fait état de plus de 18 500 morts. Une première depuis l’accident de Tchernobyl en 1986.

Huit ans après, Fukushima pose toujours problème. Pour éviter de nouvelles fuites radioactives, les réacteurs doivent être refroidis en permanence à l’aide de grosses quantités d’eau. Chaque jour, plus de 200 mètres cube d’eau sont déversés sur la centrale. Sauf qu’en arrosant les réacteurs, l’eau récupère des particules et devient elle aussi radioactive. C’est la raison pour laquelle environ un millier de réservoirs bleus ont été construits, depuis 2011, pour stocker l’eau contaminée.

En 2019, on est en à un peu plus d’un million de mètres cube d’eau contaminée, soit environ 400 piscines olympiques. Seul souci, selon Tokyo Electric Power (Tepco), l’exploitant japonais de la centrale, le site aura atteint sa capacité de stockage maximale à l’été 2022. D’où la question qui commence à se faire pressante : comment se débarrasser de toute cette eau ?

Fukushima est une vaste région de la côte est japonaise./ Photo Cc-by-sa-3.0 Babbage

Évacuer l’eau radioactive dans l’océan ?

Depuis quelques années, des experts ont envisagé plusieurs solutions. Comme, par exemple, injecter l’eau profondément sous terre, la vaporiser dans l’atmosphère ou encore la déverser directement dans l’océan Pacifique. C’est cette dernière option qui semble, selon eux, être la plus réaliste et la plus sûre en diluant l’eau par petite dose sur plusieurs décennies.

« La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer », a déclaré le ministre de l’Environnement japonais, Yoshiaki Harada, ce mardi 10 septembre. La totalité du gouvernement va en discuter, mais j’aimerais donner mon simple avis. » Il a été immédiatement désavoué par sa hiérarchie. Le porte parole de l’exécutif, Yoshihide Suga, a qualifié de « personnels » les propos du ministre. Lequel fait partie des personnalités qui devraient quitter, ce mercredi 11, l’équipe du Premier ministre Shinzo Abe, à l’occasion d’un remaniement prévu depuis longtemps.

Cette mesure suscite également l’hostilité des défenseurs de l’environnement et des pays voisins. C’est la cas de la Corée du Sud, qui a convoqué en août un diplomate de l’ambassade du Japon à Séoul pour lui réclamer des comptes sur la manière dont Tokyo entend gérer la situation. « Une fois que cette eau contaminée et ce tritium [substance radioactive NDLR] seront dans l’océan, ils suivront les courants marins et se retrouveront partout, y compris dans la mer à l’est de la Corée », redoute Chang Mari, représentante de l’ONG Greenpeace en Corée, citée par RFI.

Quelles conséquences sur les eaux locales ?

Si à l’échelle de l’océan Pacifique la dilution peut être une solution à la pollution, les côtes japonaises qui entourent la centrale seraient, quant à elle, plus affectées. « La principale inquiétude de Greenpeace depuis des années est l’effet localisé des rejets dans l’environnement, a raconté le spécialiste nucléaire Shaun Burnie au Monde. L’un des problèmes découvert dans les 12 ou 18 derniers mois : la concentration de césium sur les plages au nord et au sud de la centrale, est absolument énorme. » Pendant plus d’un an, la pêche dans les eaux locales a notamment été interdite. Jusqu’en 2016, certains échantillons de poissons prélevés continuaient de dépasser les seuils autorisés.

De plus, l’un des arguments en faveur de l’évacuation des réservoirs dans les océans n’est plus valable. Contrairement à l’eau qui a fuité dans les océans au moment de l’accident, celle stockée dans les réservoirs est censée être filtrée et débarrassée de ses particules les plus radioactives par un processus nommé ALPS (Advanced liquid processing system). Sauf qu’en septembre 2018, Tepco a reconnu qu’une partie des particules les plus dangereuses étaient toujours dans les réservoirs.

Un réel danger ?

Ken Buesseler, géochimiste spécialiste de la radioactivité marine, s’est intéressé à cette question notamment pour une raison : la direction du vent au moment de la catastrophe. Avec ce vent d’ouest, plus de 85% des retombées radioactives de la centrale ont fini dans l’océan Pacifique. Quelques mois après, Buesseler et son équipe sont allés mesurer les niveaux de radioactivité dans l’océan. Ils ont ainsi découvert que, même à proximité de la centrale, le niveau de radioactivité était trop faible pour mettre en danger les êtres humains.

Kuroshio est le second plus grand courant marin au monde, après le Gulf Stream de l'océan Atlantique./ Photo CC0 1.0 Frank Geerlings

Il explique que l’important courant marin Kuroshio déplace l’eau assez vite et loin du Japon. La concentration diminuerait donc rapidement en traversant le Pacifique. Il précise que ces niveaux sont des milliers de fois inférieurs aux niveaux autorisés pour l’eau potable, donc extrêmement faibles. Pour Buesseler, la radioactivité produite par la centrale nucléaire est moindre à l’échelle de l’océan Pacifique dans son ensemble.

Par ailleurs, Fukushima n’a pas produit la plus grosse émission. Dans les années 1960, les essais nucléaires français, américains et britanniques avaient rejeté 50 fois plus de césium 137, l’une des particules les plus radioactives, dans les océans.

Une zone de confinement s'étend sur les 30km aux alentours de Fukushima et une zone interdite sur les 20km./ Photo Cc-by-sa-3.0 ConradMayhew

Pourquoi ne pas augmenter la capacité de stockage ?

Est-il si urgent de se débarrasser de ces eaux contaminées ? Selon Tepco, il n’y a plus de place pour stocker toute cette eau. S’il n’y a en effet plus d’espace dans l’enceinte de la centrale, selon Greenpeace, il est possible de construire des réservoirs additionnels sur le site de Fukushima qui s’étend jusqu’aux villes voisines Futaba, Okuma ou encore Namie. Des énormes surfaces de terrains disponibles sans activité économique, ni élevage, ni agriculture qui permettraient de stocker plus d’eau contaminée plus longtemps. Mais jusqu’à quand ? Un nouveau tremblement de terre catastrophique dans cette région sismique pourrait causer le rejet de toute l’eau contaminée stockée d’un seul coup et déclencher une nouvelle crise.

Benjamin Martinez

Imprimer la page

Fil info

16:02
Monde

États-Unis : Joe Walsh annonce qu’il se retire de la primaire républicaine, après son échec au caucus de l’Iowa.

14:46
Monde

Les forces israéliennes ont déployé des renforts à Jérusalem et en Cisjordanie occupée à l'occasion des prières musulmanes hebdomadaires.

14:44
Monde

43 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre à bord d'embarcations ont été secourus en mer dans la nuit de jeudi à vendredi.

12:55
Monde

Coronavirus : l'OMS annonce une pénurie mondiale d'équipements de protection.

10:54
Monde

L'agence de presse américaine Associated Press incapable de déclarer un vainqueur des primaires démocrates dans l'Iowa.

09:40
Monde

Les États-Unis affirment avoir tué Kassim Al-Raïmi, chef d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, au Yémen.

17:41
Monde

Le gouvernement des États-Unis veut prendre le contrôle de Nokia et Ericsson pour limiter la domination de Huawei sur le marché de la 5G.

17:26
Monde

Coronavirus : Li Wenliang, l'ophtalmologue chinois qui avait alerté sur l'épidémie, est décédé.

16:52
Monde

Le dissident cubain Guillermo Fariñas, prix Sakharov du Parlement européen en 2010, a été arrêté dans son pays.

16:42
Monde

En Syrie, 23 combattants syriens et étrangers ont été tués dans des raids israéliens.

15:59
Monde

Twitter augmente son nombre d'usagers de près de 21 % par rapport à l'an dernier, son action boursière s'envole.

15:40
Monde

Mode : le créateur belge de 43 ans Olivier Theyskens nommé directeur artistique d'Azzaro.