Vous êtes ici
02/02/18
18:20

En Allemagne, la grande coalition en bonne voie

Pour gouverner, Angela Merkel a besoin du soutien des sociaux-démocrates. La formation d'une nouvelle coalition est sujette à transactions avec le SPD de Martin Schulz. Après quelques jours de discussions, ils ont trouvé de nombreux points d'accord. 

20180202-DH 8102148349_03fb2f870f_z.jpg

A Berlin, les sociaux-démocrates (SPD) et les chrétiens-démocrates (CDU et CSU), parti de la chancelière Angela Merkel, négocient depuis le 26 janvier en vue de former une grande coalition. Ils ont fixé le 4 février comme date butoir. Mais ils sont tombés d’accord sur plusieurs thèmes centraux. Le point sur les sujets les plus débattus.

Regroupement familial possible pour une certaine catégorie de réfugiés

La question du regroupement familial pour les « réfugiés à protection subsidiaire » a été un grand obstacle dans les tractations, mais finalement surmonté. Cette catégorie de migrants n’est pas persécutée politiquement, mais menacée de violence dans leur pays d’origine, comme la Syrie par exemple. Ces réfugiés profitent donc d’un droit de séjour d’un an qui peut être renouvelé. Fin décembre 2017, il y avait en Allemagne 191.000 réfugiés ayant ce statut. L’accord trouvé : jusqu’à fin juillet 2018, le regroupement reste suspendu, à partir d’août cette interdiction sera levée. Mais le regroupement sera strictement limité : 1000 personnes seront autorisées par mois de faire venir leur famille. Les détails doivent encore être négociés. Le 1er février, le Bundestag (parlement allemand) a approuvé ce règlement.

Concernant les réfugiés en général, l’afflux sera limité entre 180.000 et 222.000 personnes par an. Ils devront attendre le traitement de leurs demandes d’asile dans des « établissements centraux ». Quotas, limitation de déplacements, … L’Allemagne se dirige vers une politique migratoire plus restrictive.

Davantage d’investissements dans les services des soins

Autre sujet important pour ce pays frappé de vieillissement : la situation des services de santé. Selon des études citées par les médias allemands, l’Allemagne manquera en 2030 de plusieurs centaines de milliers d’infirmiers, notamment dans le secteur des soins aux personnes âgées. Par conséquent, les négociations prévoient la création immédiate de 8000 nouveaux postes dans l’aide aux personnes âgées. Leur rémunération sera augmentée.

Seul point de discorde : la question du système d’assurance maladie. Le SPD demande la mise en place d’une assurance citoyenne solidaire afin de « lutter contre une médecine à deux vitesses », comme le critiquait le chef de parti Martin Schulz. La CDU veut à tout prix maintenir la séparation entre les assurances privées, plus coûteuses et offrant plus de garanties, et les assurances publiques.

Education à plein temps

En matière d’éducation, le SPD et la CDU/CSU veulent développer les « écoles à plein temps » avec deux milliards d’euros. Souvent, les écoles primaires terminent les cours à midi, un problème pour beaucoup de parents qui travaillent. Les parents auront désormais le droit de demander une place pour leur enfant dans une « école à plein temps ». La numérisation sera également renforcée.

L’axe franco-allemand renforcé

Sans révéler les détails, les négociations ont débouché sur des avancées en matière européenne : l’Allemagne soutiendra Paris dans ses projets de réforme de l’Union. Le pays sera prêt à contribuer davantage au budget de l’UE, mais réclame en revanche un meilleur partage des responsabilités dans la politique migratoire au sein de l’Union européenne.

Clara Surges

 

Imprimer la page

Fil info

09:38
Monde

Des milliers de personnes défilaient, jeudi, à Haïti pour protester contre l'inflation et demander le départ du président Jovenel Moïse.

09:12
Monde

Crise diplomatique France/Italie : le rappel de l'ambassadeur français vise à "marquer le coup", explique Benjamin Griveaux.

17:32
Monde

Le groupe Etat islamique ne contrôle plus que moins de 1% de son "califat", selon la coalition internationale antijihadiste.

16:48
Monde

Cacophonie à Bruxelles. Theresa May a déclaré que le Brexit aura lieu dans les temps. Donald Tusk, lui, ne voit pas de "percées sérieuses".

15:29
Monde

La Lettonie annonce qu'elle facilitera la vie des 800 résidents britanniques sur son sol en cas de Brexit.

13:00
Monde

L'Ukraine inscrit l'objectif d'adhésion à l'UE et l'Otan dans sa Constitution

10:56
Monde

Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, selon l'ONU.

10:40
Monde

Procès Nemmouche : deux journalistes français, anciens otages en Syrie, ont formellement reconnu Mehdi Nemmouche comme un de leurs geôliers.

09:57
Monde

En Allemagne, le gendarme de la concurrence restreint la collecte des données personnelles des utilisateurs de Facebook.

09:54
Monde

Brésil : Incarcéré depuis avril, l'ex-président Lula condamné à 12 ans de prison supplémentaires pour corruption et blanchiment d'argent.

09:39
Monde

Tchad : Frappes de l'armée de l'air française contre des rebelles venus de Libye. Vingt véhicules ont été détruits.

18:42
Monde

Le président kényan Uhuru Kenyatta propose de l'aide au nouveau chef d'Etat de la RDC, Felix Tshisekedi, pour stabiliser son pays

18:03
Monde

Ankara condamne la journée de commémoration du génocide arménien décidée par E. Macron, l'accusant de nuire aux relations franco-turques

17:50
Monde

Des milliers d'oiseaux marins s'échouent et meurent sur les plages néerlandaises, les scientifiques soupçonnent une grave famine

16:56
Monde

Cameroun : plusieurs arrestations après des tirs à Buea. Cette région est en proie à un conflit entre séparatistes et forces de l'ordre.

15:40
Monde

Les Etats-Unis vont "continuer à diriger" la lutte contre les jihadistes malgré le retrait de leurs forces armées de Syrie

12:34
Monde

Alexis Tsipras a visité deux lieux du passé orthodoxe d’Istanbul, lors d'un déplacement destiné à apaiser les tensions entre les deux pays.

12:15
Monde

Les pourparlers entre représentants talibans et opposants au gouvernement afghan reprennent à Moscou, évinçant les autorités de Kaboul.