Vous êtes ici
01/03/18
17:03

Brexit : un accord, quel accord ?

Plus le Brexit approche, moins on sait à quoi il va ressembler. En décembre, toute la communauté européenne célébrait l'accord obtenu entre les 27 et le Royaume-Uni. Maintenant qu'il faut le signer, Theresa May en rejette en bloc les principes. 

 

« Aucun premier ministre britannique ne pourrait jamais l’accepter », a lancé Theresa May devant la Chambre des communes mercredi 28 février. Accepter quoi ? Le texte détaillé de l'accord de divorce avec l'Union européenne, concocté par la Commission. Elle l'avait pourtant validé dans les grandes lignes en décembre.

Les options norvégiennes et canadiennes rejetées

La première ministre britannique veut « un nouveau modèle » pour la relation entre Londres et les 27. Jeudi 1er mars, elle a rejeté dans un long discours les partenariats extérieurs de l'UE existants. La solution canadienne, sur le modèle du CETA ? Elle ne va pas assez loin. La solution norvégienne et la reconnaissance du droit de l'UE qui va avec ? Trop contraignante.

Que veut Theresa May ? Une « relation équilibrée », avec un « mécanisme d'arbitrage indépendant » pour régler les différends entre Londres et Bruxelles, a-t-elle lancé lors de son discours. Cela ressemble fort au TIPP, ce partenariat transatlantique rejeté par l'opinion publique européenne. Theresa May rejette les accusations de picorage, de « cherry picking », sinon, dit-elle, « toutes les négociations internationales seraient du picorage ».

En réalité, elle se comporte comme si le Royaume-Uni était le seul partenaire extérieur des 27, se plaçant en position de force, alors que les tensions politiques qui minent Londres depuis le référendum du Brexit ne jouent clairement pas en sa faveur. 

L'Irlande, équation insoluble

Autre sujet qui fâche : l'Irlande du Nord. En décembre, les parties, dont le Royaume-Uni, s'engageaient à ne pas recréer de frontière physique entre le Nord et le Sud. Pas de frontière, c'est le Nord qui reste dans l'union douanière. L'un ne va pas sans l'autre, comme le rappelaient les députés européens en décembre à Strasbourg. Bruxelles s'en tient à cette vision dans son projet d'accord de divorce, en proposant une « aire réglementaire commune » entre le Nord et le Sud de l'île.

Corollaire inacceptable pour Londres : l'Angleterre, le Pays de Galles et l'Ecosse devraient être séparés économiquement de l'Irlande du Nord, un Brexit à deux vitesses en quelque sorte. Dans son discours du 2 mars, Theresa May a catégoriquement rejeté cette éventualité et souhaite toujours trouver une solution permettant de sortir de l'Union douanière et de créer un « partenariat douanier » entre les deux blocs de l'île, sans donner de détails sur cette option.

Il est maintenant urgent de régler les objectifs contradictoires du Brexit, que ce soit sur l'avenir de la relation commerciale ou celui de l'île d'Irlande. Si certains sur place rêvent d'une réunification, la solution la plus simple serait évidemment qu'il n'y ait pas de Brexit du tout. Une relation « sans friction », comme celle que souhaite Theresa May. 

Laurent Rigaux

Imprimer la page

Fil info

09:38
Monde

Des milliers de personnes défilaient, jeudi, à Haïti pour protester contre l'inflation et demander le départ du président Jovenel Moïse.

09:12
Monde

Crise diplomatique France/Italie : le rappel de l'ambassadeur français vise à "marquer le coup", explique Benjamin Griveaux.

17:32
Monde

Le groupe Etat islamique ne contrôle plus que moins de 1% de son "califat", selon la coalition internationale antijihadiste.

16:48
Monde

Cacophonie à Bruxelles. Theresa May a déclaré que le Brexit aura lieu dans les temps. Donald Tusk, lui, ne voit pas de "percées sérieuses".

15:29
Monde

La Lettonie annonce qu'elle facilitera la vie des 800 résidents britanniques sur son sol en cas de Brexit.

13:00
Monde

L'Ukraine inscrit l'objectif d'adhésion à l'UE et l'Otan dans sa Constitution

10:56
Monde

Les quatre dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées, selon l'ONU.

10:40
Monde

Procès Nemmouche : deux journalistes français, anciens otages en Syrie, ont formellement reconnu Mehdi Nemmouche comme un de leurs geôliers.

09:57
Monde

En Allemagne, le gendarme de la concurrence restreint la collecte des données personnelles des utilisateurs de Facebook.

09:54
Monde

Brésil : Incarcéré depuis avril, l'ex-président Lula condamné à 12 ans de prison supplémentaires pour corruption et blanchiment d'argent.

09:39
Monde

Tchad : Frappes de l'armée de l'air française contre des rebelles venus de Libye. Vingt véhicules ont été détruits.

18:42
Monde

Le président kényan Uhuru Kenyatta propose de l'aide au nouveau chef d'Etat de la RDC, Felix Tshisekedi, pour stabiliser son pays

18:03
Monde

Ankara condamne la journée de commémoration du génocide arménien décidée par E. Macron, l'accusant de nuire aux relations franco-turques

17:50
Monde

Des milliers d'oiseaux marins s'échouent et meurent sur les plages néerlandaises, les scientifiques soupçonnent une grave famine

16:56
Monde

Cameroun : plusieurs arrestations après des tirs à Buea. Cette région est en proie à un conflit entre séparatistes et forces de l'ordre.

15:40
Monde

Les Etats-Unis vont "continuer à diriger" la lutte contre les jihadistes malgré le retrait de leurs forces armées de Syrie

12:34
Monde

Alexis Tsipras a visité deux lieux du passé orthodoxe d’Istanbul, lors d'un déplacement destiné à apaiser les tensions entre les deux pays.

12:15
Monde

Les pourparlers entre représentants talibans et opposants au gouvernement afghan reprennent à Moscou, évinçant les autorités de Kaboul.