Vous êtes ici
01/03/18
17:03

Brexit : un accord, quel accord ?

Plus le Brexit approche, moins on sait à quoi il va ressembler. En décembre, toute la communauté européenne célébrait l'accord obtenu entre les 27 et le Royaume-Uni. Maintenant qu'il faut le signer, Theresa May en rejette en bloc les principes. 

 

« Aucun premier ministre britannique ne pourrait jamais l’accepter », a lancé Theresa May devant la Chambre des communes mercredi 28 février. Accepter quoi ? Le texte détaillé de l'accord de divorce avec l'Union européenne, concocté par la Commission. Elle l'avait pourtant validé dans les grandes lignes en décembre.

Les options norvégiennes et canadiennes rejetées

La première ministre britannique veut « un nouveau modèle » pour la relation entre Londres et les 27. Jeudi 1er mars, elle a rejeté dans un long discours les partenariats extérieurs de l'UE existants. La solution canadienne, sur le modèle du CETA ? Elle ne va pas assez loin. La solution norvégienne et la reconnaissance du droit de l'UE qui va avec ? Trop contraignante.

Que veut Theresa May ? Une « relation équilibrée », avec un « mécanisme d'arbitrage indépendant » pour régler les différends entre Londres et Bruxelles, a-t-elle lancé lors de son discours. Cela ressemble fort au TIPP, ce partenariat transatlantique rejeté par l'opinion publique européenne. Theresa May rejette les accusations de picorage, de « cherry picking », sinon, dit-elle, « toutes les négociations internationales seraient du picorage ».

En réalité, elle se comporte comme si le Royaume-Uni était le seul partenaire extérieur des 27, se plaçant en position de force, alors que les tensions politiques qui minent Londres depuis le référendum du Brexit ne jouent clairement pas en sa faveur. 

L'Irlande, équation insoluble

Autre sujet qui fâche : l'Irlande du Nord. En décembre, les parties, dont le Royaume-Uni, s'engageaient à ne pas recréer de frontière physique entre le Nord et le Sud. Pas de frontière, c'est le Nord qui reste dans l'union douanière. L'un ne va pas sans l'autre, comme le rappelaient les députés européens en décembre à Strasbourg. Bruxelles s'en tient à cette vision dans son projet d'accord de divorce, en proposant une « aire réglementaire commune » entre le Nord et le Sud de l'île.

Corollaire inacceptable pour Londres : l'Angleterre, le Pays de Galles et l'Ecosse devraient être séparés économiquement de l'Irlande du Nord, un Brexit à deux vitesses en quelque sorte. Dans son discours du 2 mars, Theresa May a catégoriquement rejeté cette éventualité et souhaite toujours trouver une solution permettant de sortir de l'Union douanière et de créer un « partenariat douanier » entre les deux blocs de l'île, sans donner de détails sur cette option.

Il est maintenant urgent de régler les objectifs contradictoires du Brexit, que ce soit sur l'avenir de la relation commerciale ou celui de l'île d'Irlande. Si certains sur place rêvent d'une réunification, la solution la plus simple serait évidemment qu'il n'y ait pas de Brexit du tout. Une relation « sans friction », comme celle que souhaite Theresa May. 

Laurent Rigaux

Imprimer la page

Fil info

15:50
Monde

Les députés européens souhaitent réduire la consommation d'antibiotiques dans l'UE pour limiter le développement des bactéries résistantes.

15:17
Monde

Donald Trump dément la mort de 3 000 personnes pendant l’ouragan Maria l’été dernier. Il affirme que ce nombre a été gonflé pour lui nuire.

14:53
Monde

Durant ces deux semaines, 38 500 personnes ont fuit Idlib à cause des hostilités dans la région située au nord-ouest de la Syrie.

14:17
Monde

Les députés espagnols ont voté en faveur de l’exhumation de l’ancien dictateur Franco.

13:58
Monde

Un Suisse, qui cherchait à se rendre dans la ville syrienne d'Idleb avec un chargement d'armes, a été arrêté à la frontière bulgaro-turque.

13:55
Monde

L'épidémie de choléra au Zimbabwe a fait 24 morts depuis la semaine dernière.

12:16
Monde

Les deux suspects de l’affaire Skripal assurent être allés à Salisbury comme touristes. L'ex-espion russe y avait été empoisonné.

12:05
Monde

Au Ghana, les funérailles nationales de Kofi Annan, ancien secrétaire général de l'ONU et prix nobel de la paix, ont débuté à Accra.

11:40
Monde

Les personnels de cabine de Ryanair sont appelés à la grève le 28 septembre dans 5 pays européens.

11:15
Monde

Dans la zone euro, l'Italie est un "problème", selon Pierre Moscovici, qui demande à son gouvernement un budget crédible pour l'an prochain.

11:03
Monde

Un membre du groupe russe de punk rock féministe Pussy Riot est hospitalisé dans un état grave. Sa compagne craint un empoisonnement.

10:52
Monde

Dominic Raab, ministre du Brexit, a prévenu l'UE que son pays ne paierait pas la totalité de la facture du Brexit.

10:10
Monde

Guerre commerciale : Pékin salue l'offre américaine de négociations.

17:46
Monde

Au Maroc, une loi contre les violences faites aux femmes est entrée officiellement en vigueur.

17:07
Monde

Les autorités américaines exhortent les récalcitrants face à l'ouragan Florence de se mettre à l'abri.

17:00
Monde

La police zimbabwéenne interdit les rassemblements publics à Harare en raison d'une épidémie de choléra et de fièvre typhoïde.

16:34
Monde

Actionnaire principal de Volkswagen, Porsche SE affronte la justice depuis mercredi dans le cadre du « dieselgate ».

16:13
Monde

Le Premier ministre israélien Netanyahu accuse l'Europe de complaisance envers l'Iran au lieu de s'opposer à ses activités « terroristes ».