Vous êtes ici

Des Ardennes à la Haute-Marne s’étend le croissant désertique du grand Est. Composé de petites communes rurales, cet espace concentre essentiellement des personnes à faible revenu, coupées des services publics. Un électorat qu’aimerait conquérir le Front national.

Avec ses 5,5 millions d’habitants et 57 000 km2, le territoire de la nouvelle région rassemble des zones géographiques aux profils très inégaux. Reims, Nancy, Metz, Strasbourg : chacune de ces villes est le moteur de son territoire périphérique. Mais entre celles-ci, un nombre conséquent de communes rurales affichent des indicateurs reflétant des inégalités territoriales. C’est le cas du « croissant désertique » qui descend du sud des Ardennes à la Haute-Marne, puis remonte vers la Moselle.

Population totale en nombre d'habitants

 

Le cœur de ce croissant, composé de la Meuse et la Haute-Marne, correspond à l’extrême nord de la « diagonale du vide », terme utilisé par la Datar pour définir la zone la moins peuplée de la France. Laquelle s’étend des Landes à la Champagne-Ardenne. Avec une densité de population de 31 habitants/km2 en Meuse et de 29,3 pour la Haute-Marne, cette bande se situe bien en-dessous de la moyenne nationale (117 habitants/km2). Verdun (19 000 habitants), Bar-Le-Duc (16 000) et Saint-Dizier (26 000) en sont les principaux foyers de population. La majorité du territoire est composée de petites communes, qui dépassent rarement plus de 2000 habitants. Le même schéma se dessine en Moselle, entre d’un côté les zones plus peuplées de Nancy et Metz et de l’autre l’Alsace.

 

Carte schématisant l'accès aux soins, du désert médical (blanc), à l'équipement complet (noir)

 

20151015-NS medical.jpgLa dénomination de « désert » n’est pas uniquement due à la répartition de la population. Une grande partie du croissant manque d’accès aux soins, avec un nombre important de communes ne comprenant aucune infrastructure médicale. La présence d’équipements sportifs et culturels est aussi très ténue. Cette absence de services entretient l’image de territoires de « seconde zone », qui souffrent d’inégalités avec les grandes métropoles et leurs périphéries.

 

Carte schématisant la concentration en équipements sportifs

 

20151015-NS equipements.jpg

 

 

 

 

Des revenus nettement inférieurs

Les revenus médians reflètent également les inégalités entre ces campagnes et les villes importantes. Dans les territoires les moins peuplés, ils excèdent rarement 19 000 euros par an.

Le désert démographique et économique de la grande région s’explique en partie par son profil rural. La majorité des campagnes vit essentiellement d’une agriculture bovine et céréalière. Il existe toutefois des inégalités au sein de certaines zones rurales. En Champagne-Ardenne, les revenus du territoire comprenant les vignobles accrochés à la côte de l’Ile-de-France et aux versants de la vallée de la Marne sont plus élevés que dans le reste de la région.

Médiane des revenus disponibles par Unité de Consomation (UC)

 

Tous ces espaces déserts se distinguent aussi par une activité industrielle en déclin. Comme l’affirme André Gamblin dans son ouvrage La France dans ses régions, la crise de la sidérurgie commencée lors des années 1970 a touché la « vallée rouge » de la Meuse, la Marne moyenne et les Ardennes, notamment la diagonale entre Chaumont et Charleville-Mézières. Le secteur du textile, autrefois florissant dans les Vosges, a lui aussi été victime de la désindustrialisation.

« Il n’y a pas de secteur économique qui prend le relais de ces zones désertiques », souligne le géographe Christophe Noyé, coauteur avec Christophe Guilluy de L’Atlas des nouvelles fractures sociales. Cette perte de dynamisme économique provoque un vieillissement de la population de ces communes. Les plus de 60 ans représentent en effet plus de 30% de leurs habitants, alors que la moyenne nationale s’élève à 23,7%.

Un électorat visé par le FN

Les déserts de l’ACAL sont donc des régions en déshérence qui évoquent l'image de la « France profonde », ou encore la « France des oubliés », reprise à son compte par Marine Le Pen. C'est d'ailleurs dans la banlieue de Metz, en décembre 2011, que la candidate du Front National s'était autoproclamée porte-parole de la population de ces zones rurales : « Agriculteurs, chômeurs, ouvriers, retraités, habitants des campagnes françaises, vous êtes ces oubliés ». Cette volonté du FN de représenter la « France des oubliés » porte-t-elle ses fruits lors des scrutins dans ces déserts ?

Lors de l’élection présidentielle de 2012, le parti de Marine Le Pen a obtenu des scores supérieurs aux 24% dans une bonne partie des territoires du croissant désertique. Ces résultats sont encore plus remarquables dans plusieurs communes au nord de l’Aube, de la Haute-Marne et de la Meuse, où elle a réuni plus de 30% des voix. Le soutien électoral au FN a cependant été moins important dans le département de la Marne et au sud de la Haute-Marne. Le vainqueur lors du premier tour y a été Nicolas Sarkozy, avec des scores supérieurs aux 40%. Les électeurs des zones désertiques ont donc davantage soutenu le FN que la moyenne nationale (18,5%), mais ce soutien n’a été ni unanime ni distribué de manière homogène.

Selon Bernard Schwengler, chercheur à l’Observatoire de la vie politique en Alsace, le profil de l’électeur FN au nord-est est « une personne de condition ouvrière habitant dans une commune éloignée des grandes métropoles ». En analysant les données sur les revenus médians, on observe une correspondance entre les zones désertiques avec des faibles niveaux de richesse et le vote à l’extrême droite. Les communes les moins aisées de la Meuse, l’Aube et la Haute-Marne ont en effet plus voté pour le parti de Marine Le Pen que les zones prospères de la périphérie de Reims, qui ont préféré Nicolas Sarkozy.

Voter pour le centre-droit ou l’extrême-droite, c’est le dilemme politique de la plupart des habitants du croissant désertique. Une diagonale du vide qui semble avoir vocation à demeurer au sein de la grande région. « On n’observe pas une alternative à l'abandon économique et démographique des zones rurales », affirme Christophe Noyé.

Enric Bonet, Valentin Ehkirch, Clément Grégoire, Ismaël Halissat, Benjamin Hourticq et Théau Monnet

Imprimer la page