Vous êtes ici

Un jour, je serai citoyen

En Palestine, les réfugiés représentent la moitié de la population. Malgré cette grande représentation, ils n'ont pas le droit de voter aux élections locales. Pourtant, dès le lycée, les enfants quittent le camp pour aller à l'école en ville. En 64 ans, les tentes sont devenues des maisons. Les murs d'enceinte ont disparu, tout comme les contrôles à l'entrée. Mais la séparation entre les réfugiés et les habitants des villes palestiniennes demeure. Valentine Joubin et Clara Lecocq Reale se sont intéressées au statut de ces réfugiés, citoyens de seconde zone.

 

Pour en savoir plus :

Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA)

Centre de recherche sur les réfugiés palestiniens (Badil)
Farouk Mardam-Bey, Elias Sanbar. Le droit au retour :
le problème des réfugiés palestiniens.
Actes Sud, Sindbad, 2002.

Libres de se taire       

Si la plupart des Palestiniens revendiquent une totale liberté d'expression, les arrestations sont nombreuses lorsqu'il s'agit d'exprimer une opinion contraire à celle des autorités israéliennes ou palestiniennes. Régulièrement, les Nations Unies pointent du doigt l'hyper-politisation de la société palestinienne et des violations continues des droits de l'homme par Israël. En Palestine, l'univers médiatique a deux visages. D'un côté, il y a une cinquantaine de médias locaux. De l'autre, il y a de la censure. Des journalistes sont régulièrement arrêtés, interrogés. Valentine Joubin et Clara Lecocq Reale ont tenté de savoir si les médias palestiniens sont indépendants.

Pour en savoir plus :

The Electronic Intifada
Petit panorama des médias palestiniens
Jérôme Bourdon, Le récit impossible : le conflit israélo-palestinien et les média. De Boeck, 2009.

Mouhssine Ennaimi est le correspondant de RFI au Moyen-Orient. Il travaille à Gaza régulièrement, mais il reste rarement plus longtemps qu'une quinzaine de jours. La situation y est trop pesante. 

Imprimer la page