Vous êtes ici
10/02/22
17:44

Pécresse 2022 : limiter les non-francophones à l’école, une proposition démago ?

Fixer des quotas d’élèves non-francophones par classe, voilà ce que propose la candidate LR pour garantir la qualité de l’enseignement des écoles publiques. Une mesure qui manque de précision et, pour le moment, de consistance.

Pour le moment, la proposition de Valérie Pécresse ne dit pas à combien d'élèves allophones les quotas seront limités. © Amanda Mills

Proposition discrète dans le programme de Valérie Pécresse, « inciter les établissements scolaires à limiter le nombre d’élèves non-francophones par classe ». Ce n’est certes pas une des mesures phares de Valérie Pécresse en matière d’éducation. Elle est même reléguée à la fin de ses propositions pour stopper l’immigration, entre la lutte contre le séparatisme et l’enseignement des valeurs de la République. Mais elle a de quoi interroger.

Qu’englobe le clan Pécresse derrière l’expression « élèves non-francophones » ? « C’est quelque chose que nous n’avons pas encore défini », reconnaît Irène Weiss, déléguée nationale des Jeunes Républicains. Dans le jargon de l’Éducation nationale, on utilise plutôt le terme « allophone » pour désigner ces élèves qui parlent une autre langue que le français. Un néologisme qui met en avant la richesse de l’autre langue (allo- est dérivé du latin alter-). « Parler de “non-francophone”, c’est souligner la lacune de ces élèves, qui se présenteraient à nos portes avec un manque à combler, alors que ça peut aussi être une force dans une classe », explique un professeur des écoles seine-et-marnais qui souhaite rester anonyme. À son arrivée sur le territoire, un enfant allophone est obligatoirement inscrit à l’école dans une classe « ordinaire » puisqu’en France, l’obligation scolaire s’applique de la même façon pour tous les élèves. 

Une mesure pour qui, une mesure pour quoi ?

La déléguée des Jeunes Républicains ne sait pas dire à combien d’élèves sa candidate prévoit de poser la limite. « Nous ne sommes pas encore au pouvoir, nous attendons d’être force de proposition pour nous pencher sur les détails de cette mesure en consultant les équipes pédagogiques. » Un quota pour renforcer l’intégration des élèves allophones, oui, « mais surtout pour assurer la qualité des apprentissages, ajoute-t-elle. Une classe avec trop de non-francophones est une classe dont le niveau baisse, puisque les enseignants sacrifient du temps pour s’occuper individuellement de ces élèves. » Mais du coup, garantir les enseignements pour qui ? Pour les allophones et leurs conditions d’apprentissage du français, ou le reste de la classe qui pâtirait de leur présence ? « En limitant leur nombre, tous les enfants seront gagnants, les francophones comme les autres. »

N’existe t-il pas déjà un nombre limité d’élèves allophones par classe ? « Pas vraiment, confie Patrice Leguérinais, enseignant syndiqué au SNUipp-FSU du Val-de-Marne. Mais lorsqu’ils sont nombreux dans un même établissement, on les répartit intelligemment entre les classes ». Si l'établissement le propose, ils peuvent bénéficier d’une prise en charge renforcée, avec cours de français en petit groupe limité à une quinzaine d'élèves, grâce au dispositif d’accompagnement UPE2A (unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants). Sinon, une solution « de proximité » est proposée aux enfants pour qu'ils puissent recevoir des cours de français langue seconde ou de scolarisation. En 2021, les UPE2A ont remplacé les classes d’accueil et d’initiation pour non francophones — qui les regroupaient entre eux —, avec pour objectif de renforcer leur inclusion dans le système scolaire.

Camille Lowagie

Édité par Nils Sabin

Imprimer la page

Fil info

14:19
France

Pyrénées espagnoles : deux randonneurs toulousains d'une soixantaine d'années sont morts de froids dans la vallée de Boi

14:11
France

Deux membres de l'ambassade de France à Bamako libérés ce vendredi, après avoir été soupçonnés d'espionnage

14:07
France

Loire : un père de famille soupçonné d'avoir défenestré ses deux fillettes, dont le pronostic vital est engagé

13:48
France

Rentrée politique ce soir pour Edouard Philippe lors des journées parlementaires de son parti Horizons

13:25
France

L'objectif de 500 maisons sport-santé en France sera atteint "à la fin de l'année", promet le ministre de la santé, François Braun

11:29
France

Emploi : 50 000 postes vacants dans le secteur de l'aide aux personnes âgées, sur 850 000 travailleurs

11:21
France

L'ancien ministre de l'Intérieur et maire de Lyon Gérard Collomb annonce souffrir d'un cancer de l'estomac

10:52
France

Une mission du Sénat propose d'interdire la consommation d'alcool pendant la chasse

10:03
France

Covid : le nombre de cas bondit de 67 % en une semaine

09:58
France

Grève des contrôleurs aériens : au moins 1000 vols annulés aujourd'hui

17:59
France

Retraites : Emmanuel Macron assure vouloir mener la réforme des retraites « par la concertation et en cherchant les compromis »

17:24
France

L’eau du robinet sous surveillance renforcée dans 45 communes des Hauts-de-France pour analyser la présence de pesticides

17:00
France

Les femmes toujours sous-représentées parmi les créateurs d’entreprises en France, d’après une étude de l’Insee

16:17
France

Hérault : l’ex-médecin-chef des sapeurs-pompiers mis en examen pour agression sexuelle après 24 heures de garde à vue

15:43
France

Face à l'inflation, les maires de France craignent de pas pouvoir assurer les missions de service public qui incombent aux municipalités

15:17
France

Un millier de vols seront annulés en France vendredi suite à une grève des contrôleurs annonce l'aviation civile

15:08
France

Au procès en appel des attentats de Charlie Hebdo de janvier 2015, Riss défend la publication des caricatures de Mahomet

15:00
France

Politique : les Républicains sont à la recherche d’un nouveau président, Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié partent favoris

14:43
France

Nouvelle-Calédonie : une réunion entre les loyalistes, indépendantistes et l’État aura lieu en octobre sur l’avenir institutionnel du pays

14:21
France

Les écologistes considèrent la suspension de la parution du livre de Guillaume Meurice moquant Vincent Bolloré comme de la « censure »