Vous êtes ici
16/09/22
15:04

La Hongrie, de « démocratie illibérale » à « autocratie électorale »

Viktor Orbán est dans le viseur de l’Union européenne pour ses manquements répétés à l’État de droit. Jeudi, les eurodéputés ont dénoncé la dérive autoritaire de son régime, après un décret obligeant les Hongroises à écouter battre le cœur de leur fœtus avant de pouvoir avorter.

La Hongrie s’éloigne encore de l’État de droit. Le gouvernement de Viktor Orbán empiète, pour la énième fois depuis l’arrivée au pouvoir du leader ultra-conservateur en 2010, sur les libertés fondamentales. Cette fois, ce sont celles des femmes qui sont visées : depuis jeudi 15 septembre, un décret force les Hongroises à « prendre conscience des fonctions vitales du fœtus », c’est-à-dire à écouter battre le cœur de l’être en gestation, avant d’être autorisées à avorter.

[ Plein écran ]

"Je peux comprendre que tu ne sois pas prête... mais laisse-moi venir au monde et donne-moi à des parents adoptifs" : avant de publier son décret, le gouvernement hongrois a tenté de mobiliser l'opinion publique. Visuel officiel du gouvernement hongrois

Signé de la main du ministre de l’Intérieur Sándor Pintér, qui a déclaré que « près des deux tiers des Hongrois associent le début de la vie d’un enfant au premier battement de cœur », ce décret traduit en termes juridiques l’idéologie réactionnaire de Viktor Orbán et de son parti, le Fidesz. Selon eux, toute liberté « contraire » aux valeurs traditionnelles, familiales ou chrétiennes doit être supprimée. Le droit à l’avortement, pourtant garanti par la Constitution hongroise (jusqu’à 12 semaines de grossesse), fait donc partie, à leurs yeux, de ces libertés indésirables et sur lesquelles il faut revenir.

État de droit en péril

Les condamnations n’ont pas tardé. En Hongrie, l’organisation féministe Patent a démenti les affirmations de Sándor Pintér, affirmant qu’au contraire « l’avortement est largement accepté dans la société. Statistiquement, deux tiers des Hongrois ne souhaitent pas voir de nouvelles restrictions à l’avortement ». Amnesty International a renchéri, soulignant qu’aucune consultation n’avait été menée par le gouvernement hongrois, et déclarant, par la bouche de son porte-parole Áron Demeter, que ce décret n’a comme objectif que de « rendre plus ardu l’accès à l’avortement » et « traumatisera davantage de femmes déjà en situation difficile ».

L’Union européenne n’est pas en reste. Depuis deux ans déjà, les Vingt-Sept observent avec inquiétude la dérive autoritaire à l’œuvre en Hongrie. En octobre 2021, le Parlement européen, excédé, avait saisi la Cour de justice de l’UE (CJUE) pour forcer la Commission européenne à réagir aux atteintes répétées à l’État de droit par ce pays-membre, comme nous l’avions rapporté sur Cuej.Info.

L'eurodéputée Gwendoline Delbos-Corfield est l'une des opposantes les plus déterminées aux régimes hongrois et polonais au sein de l'hémicycle. European Union 2022 - Source : EP

Le Parlement a récidivé ce jeudi en adoptant à une très large majorité un rapport présenté par l’eurodéputée Gwendoline Delbos-Corfield (EELV). Le texte dresse une liste de 12 domaines au sein desquels les libertés sont en recul en Hongrie. Dans le viseur des rapporteurs, on trouve notamment la liberté d’expression, l’indépendance de la justice, l’autonomie des universités et, comme l’a prouvé le gouvernement Orbán jeudi, les droits des femmes et des personnes LGBTQI+.

La Hongrie bientôt exclue du club des démocraties ?

En séance plénière, la rapporteuse du rapport n’a pas mâché ses mots pour qualifier la dérive hongroise. « Depuis des années maintenant, nous évitons de définir ce qui se passe en Hongrie, nous évitons de nommer précisément le régime du gouvernement hongrois », a-t-elle regretté. Refusant d’employer plus longtemps le terme de « démocratie illibérale » revendiqué par Viktor Orbán pour qualifier son régime – Gwendoline Delbos-Corfield estime qu’il s’agit d’un oxymore vide de sens – elle décrit désormais la Hongrie comme un « régime hybride d’autocratie électorale » et une « simili-démocratie ».

Le glissement sémantique n’est pas anodin : l’Union européenne n’est ouverte qu’aux seules démocraties. Si la Hongrie cessait d’être considérée comme telle (même « illibérale »), sa place parmi les Vingt-Sept serait remise en question. Au Parlement, les propos de Gwendoline Delbos-Corfield ont été accueillis par une salve d’applaudissements et par le silence hostile des eurodéputés conservateurs hongrois et polonais.

Matei Danes

Édité par Nils Hollenstein

Imprimer la page

Fil info

15:28
Monde

Ukraine : un corps avec les mains liées a été exhumé près de la ville d'Izioum, qui a été reprise aux Russes

15:15
Monde

À Samarcande, le premier ministre indien Narendra Modi dit à Poutine que ce n'est « pas le moment de faire la guerre »

14:01
Monde

À cause de bombardements et d'inondations, des centaines de djihadistes de Boko-Haram ont fui le Nigéria pour le Niger

13:52
Monde

Selon les autorités pro-russe, une explosion à Lougansk a tué le procureur général de l'administration séparatiste et son adjoint

13:11
Monde

Selon la cité du Vatican, le pape François ne se rendra pas aux funérailles d'Elizabeth II, lundi 19 septembre

13:07
Monde

Ukraine: un procureur séparatiste tué par une explosion dans l'est (selon les autorités)

12:51
Monde

Ukraine : au moins « dix salles de tortures » ont été découvertes par les autorités dans la région de Kharkiv reprise aux Russes

12:19
Monde

Le Kirghizistan annonce un cessez-le feu après l'escalade des affrontements à la frontière avec le Tadjikistan

12:01
Monde

La Russie appelle à des "mesures urgentes" pour mettre fin à l'escalade entre le Tadjikistan et le Kirghizstan qui a fait 18 blessés

11:55
Monde

Le président turc Recep Tayyip Erdogan souhaite mettre fin "au plus vite", à la guerre en Ukraine

11:24
Monde

Liban: Un homme et son fils ont braqué une banque pour récupérer leurs économies bloquées, le troisième en moins de 48h

11:15
Monde

Londres : L'accès à la queue pour espérer apercevoir le cercueil d'Elizabeth II est suspendu à cause de la trop grande affluence

11:11
Monde

Ukraine: l'ONU veut envoyer une équipe à Izioum pour enquêter sur les allégations de charniers

11:06
Monde

L'industriel indien Gautam Adani est devenu la deuxième personne la plus riche du monde selon le classement Forbes des milliardaires

11:05
Monde

Sept morts après de violentes intempéries dans le centre de l’Italie

10:59
Monde

En Chine, un violent incendie frappe un gratte-ciel dans le centre du pays

10:49
Monde

Énergie : les géants du secteur "n'ont rien fait pour mériter" leurs superprofits, selon le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz

10:47
Monde

Kirghizstan: une ville frontalière du Tadjikistan bombardée en pleine escalade des tensions

10:43
Monde

Le président chinois Xi Jinping appelle à remodeler l'ordre international lors d'un sommet en Ouzbékistan

10:26
Monde

Uber victime d’un piratage informatique conséquent, le hackeur affirme être un jeune homme de 18 ans