Vous êtes ici

Des rives de la Volga au désert du Kazakhstan, nos voisins Russes-Allemands

Ils habitent à quelques kilomètres de Strasbourg, à Kehl, Lahr ou Offenburg. Mais leur histoire, celle des “Russlanddeutsche”, les “russes allemands”, est peu connue. Une histoire qui débute il y a deux siècles dans le Bade-Wurtemberg et en Prusse : à l’invitation de la Tsarine Catherine II, des milliers de colons allemands partent s’installer en Russie pour travailler et participer au développement de l‘économie de l’empire. Beaucoup s’installeront sur les rives de la Volga et de la Mer Noire, pour y vivre en toute tranquillité pendant près d’un siècle.

Mais la deuxième guerre  mondiale éclate. Ces citoyens russes au sang allemand inquiètent  Staline, qui fait déporter en une journée des centaines de milliers d’hommes et de femmes, d’enfants et de vieillards vers les forêts de Sibérie et les déserts du Kazakhstan. Un long exil de cinquante ans commence.

Il faudra attendre la fin de l’Urss pour que les « Russlanddeutsche » puissant enfin rentrer sur les terres de leurs ancêtres. Car Outre-Rhin, la règle est celle du droit du sang : toute personne dont les ancêtres étaient allemands peut demander la nationalité allemande. Après deux siècles, les familles se réinstallent dans le Bade-Wurtemberg.

Olga Patapenka et Nina Gottloeber sont allées à la rencontre de cette communauté qui se construit une identité entre deux cultures.

 

Reportage : Olga Patapenka et Nina Gottloeber

Imprimer la page