Vous êtes ici
29/09/23
16:16

Fonte des glaciers : « En 2100, dans le pire des scénarios, les pertes seront supérieures à 90% »

Harry Zekollari, glaciologue à l’École polytechnique fédérale de Zurich, revient sur la fonte alarmante des glaciers suisses.

En 2023, les glaciers suisses ont perdu 4% de leur volume. Ici, le glacier d'Aletsch, le plus grand des Alpes, avec une superficie de 78 km2. Photo d'illustration Kazabubu/Pixabay

Le 28 septembre, l’Académie suisse des sciences naturelles publiait les premiers résultats des études sur la fonte des glaciers suisses en 2023. Comme on pouvait s’y attendre, ils ne sont pas bons : après avoir perdu 6% de leur volume en 2022, ils en ont perdu 4% cette année, faisant de 2023 « le deuxième plus gros recul depuis le début des mesures ». Avec une diminution globale de 10% de leur volume en deux ans, ces glaciers ont autant fondu qu’entre 1960 et 1990. Harry Zekollari est glaciologue à l’École polytechnique fédérale de Zurich. Il a participé à ces mesures, et se confie à Cuej Info.

Les deux années précédentes ont été catastrophiques pour les glaciers suisses. Pour quelles raisons ?

Habituellement, on perd 1 ou 2% des glaciers par an. Les deux dernières années ont battu tous les records, on a perdu beaucoup plus que ce qu’on pensait, et ce pour trois raisons principales. D’abord, l’apport en neige a été limité en hiver, alors que les glaciers ont besoin de cette neige pour les protéger. La couche de neige a donc rapidement laissé place à la glace en-dessous, qui a une couleur plus foncée. Or, quand une surface est blanche, une grande partie de l’énergie solaire est réfléchie (NDLR : c’est l’effet albédo). Mais si le glacier devient plus foncé, il va absorber plus d’énergie, ce qui entraîne une fonte additionnelle et plus rapide. Ensuite, il a fait très chaud aux printemps et étés derniers. Et enfin, il y a eu de nombreux épisodes venteux qui ont fait venir sur les glaciers du sable du Sahara. De la même manière que la glace, il a une couleur plus foncée que la neige, et a donc également un effet négatif sur la fonte.

Nous avons perdu 10% des glaciers suisses en deux ans. Doit-on en déduire que d’ici 20 ans, tout aura disparu ?

Non, nos projections sont plus positives. Même si ça reste très alarmant de voir ces pertes, ces deux dernières années ont été exceptionnelles. Actuellement, on sait qu’en 2050, on aura perdu environ 50% du volume des glaciers alpins, même si on arrive à ralentir le réchauffement climatique. Si on se projette en 2100, dans le pire des scénarios, les pertes seraient supérieures à 90%, il n’y aurait donc presque plus de glaciers dans les Alpes. Mais si on arrive à suivre l’Accord de Paris de 2015, donc à limiter la hausse des températures entre 1,5 et 2°C, on pourrait ne perdre « que » 70%. Ce n’est pas positif, mais c’est mieux que rien.

Et dans le reste du monde ?

On ne peut pas extrapoler ce qu’on observe dans les Alpes à d’autres régions du monde, parce que ses glaciers sont très bas, comparés à ceux de l’Himalaya, par exemple. Ces projections concernent les 4 000 glaciers des Alpes, il y en a environ 200 000 sur Terre. Dans nos projections globales, que ce soit dans le meilleur ou le pire des scénarios, nous prévoyons une perte de 25 à 50% du volume des glaciers d’ici la fin du XXIe siècle. De manière générale, c’est clair que les glaciers vont souffrir énormément dans les années à venir, même sans réchauffement additionnel, parce qu’ils réagissent lentement aux changements de climat. Ce sont surtout les décisions que l’on prend aujourd’hui pour limiter le réchauffement climatique, qui nous diront si nos enfants et petits-enfants verront des glaciers en 2100.

Quelles seront les conséquences de cette fonte ?

Sans réchauffement climatique, les glaciers fournissent de l’eau aux habitants des vallées dans les moments où ils en ont le plus besoin. Un glacier sain est plus important en hiver, plus petit en été, donc il apporte de l’eau quand il fait chaud et sec, de façon naturelle, en fondant. Mais avec le réchauffement climatique, on voit que les glaciers perdent trop de volume pendant l’été. Donc on va atteindre un pic d’apport en eau dû à une fonte plus importante, mais en contrepartie le glacier sera de plus en plus petit, et fournira de moins en moins d’eau à terme. Dans les Alpes, on est dans ce pic en ce moment, mais l’apport en eau va diminuer dans les décennies à venir, surtout en été. Une des raisons pour lesquelles on étudie ça, c’est parce qu’en Suisse, une grande partie de l’électricité est générée par les barrages (NDLR : deux tiers de l’électricité est issue de centrales hydrauliques), alimentés par l’eau des glaciers. Les projections montrent que cette production sera fortement perturbée par leur fonte dans les années à venir. Mais au niveau des apports en eau, il est important de contextualiser le rôle des glaciers : une partie vient aussi de la neige saisonnale, de la pluie. Ce n’est pas parce qu'ils fondent qu’il n’y aura plus d’eau dans les vallées, mais il y en aura de moins en moins.

Le bilan de masse du glacier d’Aletsch, le plus grand des Alpes, situé dans le sud de la Suisse, montre une importante diminution de son volume. Cette mesure représente la différence entre la masse gagnée et perdue par le glacier sur une année, en volume équivalent en eau. Selon l’Académie suisse des sciences naturelles, le bilan de masse « fournit une information précise sur la santé du glacier », celui-ci réagissant aux variations du climat. Ici, on voit qu’entre 1914 (date de la première mesure) et 2023, le glacier d’Aletsch a perdu 62 431 mètres équivalents eau. Graphique Glamos.

Propos recueillis par Lisa Delagneau

Édité par Max Donzé et Julie Lescarmontier

Imprimer la page

Fil info

16:34
Monde

Brésil : le taux de chômage descend à 7,8 % sur le trimestre de juin à août. Son plus bas niveau depuis 2015

15:45
Monde

Les athlètes russes autorisés à concourir sous bannière neutre aux JO paralympiques de 2024

15:30
Monde

Les règles post-Brexit pour les importation en Irlande du Nord depuis la Grande-Bretagne entrent en vigueur ce week-end

15:14
Monde

USA : Dianne Feinstein, doyenne du Sénat, est décédée. Elle avait été la première femme maire de San Francisco

15:00
Monde

Haut-Karabakh : l'Union européenne demande à l'ONU une intervention dans les prochains jours

14:44
Monde

Espagne : le chef de la droite échoue définitivement à être investi Premier ministre par le parlement

13:54
Monde

Brésil : le président Lula opéré à la hanche ce vendredi, l'obligeant à suspendre son agenda international pour quelques semaines

13:48
Monde

Gabon : l'ancienne première dame Sylvia Bongo Ondimba inculpée dans une affaire de blanchiment de capitaux et assignée à résidence

13:20
Monde

Pakistan : Le bilan de l'explosion dans la province du Balouchistan grimpe à 52 morts

11:27
Monde

La Nouvelle-Calédonie accueillera un sommet régional des ministres de la Défense de l'Indo-Pacifique en décembre

11:23
Monde

Pakistan : 25 morts et 80 blessés après une explosion dans la province du Balouchistan. L'attentat visait une procession musulmane

10:04
Monde

Haut-Karabakh : le bilan de l'explosion d'un dépôt de carburant lundi monte à 170 morts

10:01
Monde

Plus de 2 500 migrants morts ou disparus en mer Méditerranée en 2023, selon l'ONU

09:24
Monde

Une explosion à Islamabad, capitale du Pakistan, fait six morts et une dizaine de blessés

17:31
Monde

Le FC Barcelone, qui cherche à assainir sa situation financière, annonce un bénéfice de 304 millions d’euros pour la saison 2022-2023