Vous êtes ici
11/02/22
12:00

Bruno Flochon, ambassadeur de l'espéranto

L’association Espéranto Strasbourg se charge de diffuser cette langue qui n’appartient à aucune culture existante. Rencontre avec l’un de ses fondateurs.

Avec l'association Espéranto Strasbourg, Bruno Flochon veut promouvoir cette langue internationale. © Emilio Cruzalegui

Pour Bruno Flochon, 50 ans, l’espéranto « permet d’avoir un accès direct aux cultures du monde ». Quand il ne travaille pas au service de transition énergétique de la Région Grand-Est, cet amateur de langues anime les rencontres du centre culturel espéranto de Strasbourg. Chaque lundi, des cours sont enseignés à une cinquantaine de membres qui voudraient se familiariser avec cette langue construite, parlée dans environ 120 pays du monde et par près de 3 millions de personnes. Comme tout autre cours linguistique, ils y apprennent de la grammaire, du vocabulaire et même de la culture à travers les quelques œuvres littéraires écrites en espéranto. L’association revendique une grande facilité pour s’initier dans cette langue, qui pourrait ainsi servir comme une deuxième langue universelle. 

Le rêve d’une langue internationale commune

C’est grâce à son entourage que Bruno Flochon est tombé sous le charme de l’espéranto. Inspiré par son frère aîné qui a pu utiliser le réseau de la communauté espérantophone internationale pour voyager le monde, il s’est immergé dans l’apprentissage de la langue pendant ces études. « J’ai fait une rencontre par hasard avec un autre étudiant qui était aussi intéressé et il m’a encouragé à aller plus loin, raconte Bruno Flochon. Ensemble, nous avons créé une association à l’université pour apprendre l’espéranto. » Mais le vrai choc se fait lors de sa première visite d’une rencontre internationale d’espéranto à Saint-Pétersbourg, en 1995. « J’ai été étonné. J’avais un Allemand, un Brésilien, un Néerlandais et un Japonais autour de moi et je comprenais tout ce qu’ils disaient et tous me comprenaient.  Il y avait une vraie satisfaction. »

Cette importance donnée au social et au contact humain est au cœur de la conception de l’espéranto. À l’origine, cette langue est le projet idéaliste d’un docteur polonais du XIXe siècle, Ludwik Zamenhof, qui cherchait à promouvoir la fraternité et l’ouverture aux autres cultures. Bruno Flochon croit toujours en ces valeurs et leur place dans l’apprentissage de l’espéranto. « Quand on peut communiquer avec des personnes d’horizons très divers, avec des origines sociales multiples, c’est un facteur de découverte de la culture des gens et du respect des autres », explique t-il. L’association propose donc que les écoles donnent le choix d’apprendre l’espéranto comme une deuxième langue. « C’est facile à apprendre, ce qui donne de la confiance aux enfants et peut leur donner un goût pour les langues », indique Bruno Flochon. 

Un avenir prometteur

Au XXIe siècle, l’espéranto devient de plus en plus familier auprès du grand public, mais avec encore une marge de progression. En Hongrie, des milliers d’étudiants passent chaque année un examen de langue reconnu par l’Etat pour obtenir leur diplôme d’études universitaires. À Saint-Marin, l’espéranto est utilisé comme langue scientifique, commerciale et comme langue de travail par plusieurs ONG. Depuis 2015, l’application d’apprentissage de langues étrangères Duolingo propose l’espéranto parmi ses choix. « Le nombre de gens qui ont rejoint l’association par ce biais est important  », témoigne Bruno Flochon, qui avance cependant que « l’application permet de découvrir et de s’amuser un peu, mais ça ne remplace pas une vraie expérience de la langue. » L’association d’espéranto de Strasbourg essaie de se moderniser pour toucher un nouveau public. Leur compte Instagram est actif depuis octobre 2021 et leur chaîne YouTube prévoit d’accueillir une série de vidéos de promotion de Strasbourg. Tout en espéranto. 

Emilio Cruzalegui

Édité par Séverine Floch

Imprimer la page

Fil info

16:57
Culture

Décès à 52 ans d'Isabel Torres, l'actrice transgenre de la série Veneno

11:02
Culture

Décès à 74 ans du comédien André Wilms, comédien fétiche d'Aki Kaurismäki

11:59
Culture

La maison d'édition Gallimard très inquiète du projet de la fusion avec Hachette

14:30
Culture

Début de la cérémonie des nominations aux Oscars : dix œuvres en lice dans la catégorie du meilleur long-métrages

11:21
Culture

Le jury du prix Médicis dévoile sa sélection de 13 romans en français, parmi lesquels "Le Voyage dans l'Est" de Christine Angot.

12:36
Culture

4 personnes condamnées pour homicides et blessures involontaires après l'effondrement de la scène prévue pour un concert de Madonna en 2009.

12:29
Culture

La poétesse Amanda Gorman, repérée lors de l'investiture de Joe Biden, va être publiée en Français.

12:39
Culture

Germaine Acogny, danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise, a reçu le Lion d'or de danse 2021 de la Biennale de Venise.

16:34
Culture

L'écrivain Winston Groom, auteur de Forrest Gump est mort à l'âge de 77 ans.

15:09
Culture

Universal France cesse toute collaboration avec le rappeur Freeze Corleone, accusé de provocation à la haine raciale.

14:12
Culture

Lacoste cesse sa collaboration avec Roméo Elvis à cause des accusations d'agressions sexuelles à son encontre.

11:56
Culture

Roger Carel, voix d'Astérix et de Mickey Mouse, est mort à 93 ans.

17:55
Culture

150 personnes ont manifesté devant l'ambassade de France à Bagdad contre la publication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet.

17:26
Culture

L'acteur Enrique Irazoqui, qui avait joué le Christ dans l'Evangile selon saint Matthieu de Pasolini, est mort à 76 ans.

16:13
Culture

Marie-Sophie Lacarrau remplace Jean-Pierre Pernaut au 13 Heures de TF1